PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Crop Science Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Weeds and their control in cassava

A.A. Melifonwu

Abstract


Cassava (Manihot esculenta Crantz) is a major source of carbohydrate for more than 200 million people, mainly in Africa and to some extent in Asia and Latin America. In Africa, cassava is mainly grown in mixtures with other crops by subsistence farmers using unimproved methods of production. Root yields from farmers' fields are generally low, partly due to effects of weed competition. Hoe-weeding is the common practice among cassava farmers. The frequency and timing of weeding depend on such factors as climate, cultural practices, crop growth, soil fertility and weed species. Some common noxious weeds of cassava and their control by chemical, cultural and integrated means are discussed. Appropriate weed control methods for resource-limited cassava farmers, namely, cultural and biological, as well as an integrated system which combines two or more weed control methods at low input levels are suggested as ways of ensuring sustained production of cassava in developing countries.

Key Words: Manihot esculenta, noxious weeds

 

 

Le manioc (Manihot esculenta Crantz) est la principale source d'hydrates de carbone pour plus de 200 millions d'habitants, essentiellement en Afrique et dans une moindre mesure en Asie et en Amérique Latine. En Afrique, le manioc est surtout cultivé en association avec d'autres plantes dans le cadre d'une agriculture de subsistence qui utilise des méthodes de production peu élaborées. Les récoltes de tubercules en provenance des champs de paysans sont habituellement faibles ce qui est en partie dû aux effets de la compétition avec les mauvaises herbes. Le désherbage à la houe est la pratiqde habituelle des agriculteurs traditionnels. La fréquence et le calendrier des désherbages dépendent de facteurs comme le climat, les pratiques culturales, la croissance des plantes, la fertilité du sol et les espèces de mauvaises herbes. Le contrôle de quelques mauvaises herbes communes, nuisibles en culture du manioc, par des moyens chimiques, culturaux et intégrés, est discuté. Des méthodes de contrôle adaptées aux conditions des planteurs de manioc aux ressources limitées, comme les mesures de type cultural ou biologique, ainsi qu'un système intégré, qui combine deux ou plus de ces méthodes à faible intrant, sont suggérées comme des moyens permettant d'assurer une production satisfaisante de manioc dans les pays en développement.

Mots Clés: Manihot esculenta, mauvaises herbes




AJOL African Journals Online