PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Africa Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Qui représente qui ? Choix organisationnels, identités sociales et formation d’une élite forestière au Cameroun

Phil René Oyono, Samuel Efoua

Abstract


La représentation est un des paramètres de la traduction sociale de la  décentralisation de la gestion des forêts camerounaises. Elle consiste en la mise en place de comités, qui, nantis de responsabilités, deviennent l’émanation des  communautés  villageoises considérées. Le présent article est le produit d’un travail de recherche effectué au Sud-Cameroun depuis trois ans. En abordant dans la  profondeur la question de la représentation environnementale telle qu’elle s’exerce à travers la gestion décentralisée, cet article montre dans un premier temps que ladite représentation a été mal construite, car la désignation des membres des comités villageois de gestion n’a pas vraiment privilégié la compétition électorale. Dans un second temps, l’article, avec comme prémisse la dépendance et la capture des comités par des forces extérieures, met en avant le caractère non  substantif et subjectif des démarches des membres des comités de gestion. En fin de compte, les auteurs concluent que cette représentation environnementale n’est pas responsable et ne conduit pas à la démocratie locale, parce que libre de toute  redevabilité. Ils proposent pour cela des mesures de son amélioration et de son évolution vers une représentation plus  responsable.



Representation is one of the parameters of the local ownership of forest  management decentralization in Cameroon. Community representation under Cameroon’s forest management laws is based on village management committees with given  responsibilities and powers. This article derives from a study of environmental representation in Southern Cameroon over the last three years. The article shows how environmental representation was built up through the non-democratic and non-competitive selection of management committee members. The article also shows the capture of numerous management committees,  reflecting the self-seeking behaviors of their members’ involvement in decentralized management. The authors conclude that current arrangements do not produce effective environmental representation and rural democracy, for the committees do not  account downwardly to the population. They therefore propose measures to improve representation and to orient the committees to be more responsive.




AJOL African Journals Online