PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Africa Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Targeting Practices and Biases in Social Cash Transfers: Experiences in Rural Malawi1

Ignasio M. Jimu, Golden Msilimba

Abstract


Social cash transfer (SCT) programmes involve direct financial support to vulnerable households. Vulnerability, as a social condition, is often correlated with low income and food insecurity. Cash transfers augur well with neoliberal welfarism in contrast to the traditional relief approach associated with foodbased safety nets. The aim of this article is to examine targeting processes and its challenges in Malawi. Proxy indices of ultra-poverty used in the design of SCT programmes are correlated in some way to parameters such as gender, education, structure of livelihoods and type of durable assets owned by beneficiaries. The data demonstrates that beneficiaries tend to be women and persons with very little or no formal education. The authors argue that gender and education are critical parameters that are easier to determine and apply with reduced scope for bias for identifying vulnerable groups and with valuable lessons for replication of success nationwide.

 

Les programmes de transferts monétaires sociaux (SCT) impliquent un soutien financier direct aux ménages vulnérables. La vulnérabilité, en tant que condition sociale, est souvent liée au faible revenu et à l’insécurité alimentaire. Les transferts monétaires vont bien avec le «welfarism » néolibéral, contrairement à l’approche traditionnelle d’assistance associée à l’assistance alimentaire. L’objectif de cet article est d’examiner les processus de ciblage et leurs enjeux au Malawi. Les indices de substitution d’extrême pauvreté utilisés dans la conception des programmes SCT sont corrélés d’une manière ou d’une autre à des paramètres tels que le sexe, l’éducation, la structure des moyens de subsistance et le type de biens durables détenus par les bénéficiaires. Les données démontrent que les bénéficiaires sont généralement des femmes et des personnes ayant très peu ou pas d’éducation formelle. Les auteurs soutiennent que le genre et l’éducation sont des paramètres importants, plus faciles à déterminer et à appliquer, avec une possibilité réduite de biais pour identifier les groupes vulnérables et avec des enseignements précieux en cas de reproduction à l’échelle nationale.

 

 

 

 

 




AJOL African Journals Online