Projection de trois espèces de plantes locales pour la phytoextraction de métaux lourds à partir de deux types de sols au Burkina Faso

  • I Senou
  • Z Gnankambary
  • AN Some
  • PM Sedogo

Abstract

La capacité de Barleria repens (Allamanda buisson), Cymbopogon citratus (citronnelle) et de Lantana camara (thé de Gambie) à accumuler les métaux lourds tels que le cuivre (Cu), plomb (Pb), zinc (Zn) et cadmium (Cd) des lixisols et vertisols a été évaluée en station. Les sols ont été contaminés aux métaux lourds par application de déchets urbains solides aux doses de 0, 10, 15 et 20 tonnes/ha. Le taux de survie, la croissance des plantes et l’accumulation des métaux lourds ont été déterminés. Les résultats ont montré un potentiel de ces espèces à accumuler les métaux lourds. La tige de Barleria repens et Lantana camara est l’organe végétal qui a le moins accumulé les métaux lourds. Les quantités les plus élevées sont de 0,25 ; 0,14 ; 1,28 mg, respectivement, pour le Cd, le Cu et le Zn. Les racines de Cymbopogon citratus ont accumulé 10 fois plus de Cd et Cu, 3 fois plus de Zn que les feuilles dans les sols à caractères vertiques. Le Pb est le métal le moins prélevé par les trois espèces tandis que le Zn (jusqu’à 8,14 mg) est le plus exporté. Quelle que soit l’espèce végétale, les plantes cultivées sur les lixisols ont accumulé des quantités de métaux lourds plus élevées, que celles cultivées sur les vertisols. Les biomasses sèches ont augmenté avec les quantités de déchet apporté. Elles sont significativement plus élevées (p < 0,001) sur les lixisols que sur les vertisols. L’apport de déchets urbains solides a amélioré la performance des plantes, aussi bien au niveau de la croissance en hauteur (57,45 %) qu’à celui de l’augmentation de la circonférence du tronc (58,25 %).

Mots-clés : Barleria repens, Cymbopogon citratus, Lantana camara, déchets urbains solides, lixisols, vertisols, métaux lourds.

Published
2014-09-02
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1015-2288