PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Agronomie Africaine

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Fertilisation minérale du cacaoyer (Theobroma cacao L.) en Côte d’Ivoire: Acquis vulgarisables et perspectives de recherche

LK Koko, KE Kassin, AA Assiri, G Yoro, K N'goran, D Snoeck

Abstract


En Côte d'Ivoire, le cacaoyer (Theobroma cacao L.) est traditionnellement cultivé selon un système extensif et itinérant, utilisant du matériel végétal peu performant. Les rendements en cacao sont donc faible (260 à 600 kg·ha-1·an-1). Pour améliorer la productivité des cacaoyères, les chercheurs ivoiriens ont mis au point du matériel végétal amélioré et préconise des techniques culturales qui lui permettent d'exprimer son potentiel de production. Parmi celles-ci, figurent 3 approches de fertilisation minérale : 1) formule adaptée au contexte pédo-climatique précis de la parcelle à travers le Diagnostic-Sol, 2) formules moyennes "régionales" et 3) formule simplifiée. Une évaluation du niveau d'adoption de ces formules a montré que seule la fertilisation par la formule simplifiée est relativement connue des producteurs, et que l'application des engrais n'est pas souvent respectée. Tout en tirant les leçons de l'expérience acquise, cette synthèse conclut sur la nécessité d'actualiser les connaissances en matière de fertilisation des cacaoyers, et de proposer quelques pistes de reflexion pour faire face aux défis actuels de replantation et de réhabilitation des vieilles cacaoyères sur des sols peu fertiles.

In Côte d'Ivoire, cocoa (Theobroma cacao L.) cocoa farming system is migrant and extensive. Therefore, yields are very low (260 to 600 kg·ha-1·year-1). To improve the cocoa productivity, the Ivorian agronomic research has developed improved planting materials and promoted cultural techniques that allowed the cocoa-trees to express their full yield potential. Among these, there are 3 approaches to mineral fertilization: 1) formula adapted to the specific pedo-climatic context of the plot based on a soil-diagnosis method, 2) average regional formulas and 3) simplified formulas. An evaluation of the level of adoption of these fertilization approaches showed that only the simplified formula method is relatively known by cocoa farmers and that fertilizers are often ill applied. Finally, this paper concludes on the need to update knowledge on appropriate cocoa fertilization and ideas to address the current challenges of replanting and rehabilitating old cocoa orchards on poor soils are provided.

Keywords: Fertilization, Soil-Diagnosis, regional formula, simplified formula, cocoa, Côte d'Ivoire




AJOL African Journals Online