Persistence of cervical human papillomavirus infection among cohort of women in Awka, Nigeria

  • C.U. Ezebialu
  • I.U. Ezebialu
  • C.C. Ezenyeaku

Abstract

Background: Many women are known to contract human papilloma virus (HPV) infection in their lifetime but only a few develop cervical cancer. One of the major factors that contribute to development of cervical cancer is HPV persistence. Several other factors including viral load have been implicated in cervical cancer development. This work therefore intends to investigate the persistence of cervical HPV infection among cohort of women in Awka, Nigeria.
Methodology: A cohort of 58 women with normal Papanicolaou (Pap) test but positive HPV DNA selected from a population of 410 women at baseline were followed up over a period of 6 months from April to October 2015. Cervical specimens collected were subjected to HPV DNA test and viral quantification using TaqMan Real Time PCR and cervical cytology. Risk factors were obtained using semi structured interviewer administered questionnaires. Variables were analysed using descriptive statistics and T-test on IBM SPSS statistics version 21.0 and EPI INFOTM 7.0
Results: At the 6-month follow up, cervical HPV infection persisted in 29 women, representing 50% of the women followed up. Among the 29 women, 7 (24.1%) developed abnormal Pap smear (Low grade Squamous Intraepithelial Lesion). Factors significantly associated with persistence at bivariate analysis of HPV include previous sexually transmitted infection (STI) (p=0.005), HIV positivity (p=0.04), HIV positivity but no anti-retroviral drugs (p=0.014), HPV 16 infection (p<0.0001) and age less than 40 years (p<0.0001). At multinomial logistic regression, only age above 17 years at first sexual intercourse (p=0.003, CI=0.012-0.392) and multiple lifetime sexual partners (p=0.021, CI=0.20-0.726) were statistically significant.
Conclusion: High risk HPV infection, in addition to other factors peculiar to an individual may influence HPV persistence
Key words: cervical cancer, human papillomavirus, persistence, cytology, risk factors, infection

 

French Title: Persistance de l'infection cervicale par le papillomavirus humain parmi une cohorte de femmes à Awka, Nigéria

Contexte: De nombreuses femmes sont connues pour contracter une infection au virus du papillome humain (VPH) au cours de leur vie, mais seules quelques-unes développent un cancer du col de l'utérus. L'un des principaux facteurs qui contribuent au développement du cancer du col de l'utérus est la persistance du VPH. Plusieurs autres facteurs, y compris la charge virale, ont été impliqués dans le développement du cancer du col de l'utérus. Ce travail vise donc à étudier la persistance de l'infection cervicale au VPH parmi la cohorte de femmes à Awka, au Nigeria.

Méthodologie: Une cohorte de 58 femmes avec un test de Papanicolaou (Pap) normal mais un ADN HPV positif sélectionné parmi une population de 410 femmes au départ ont été suivis sur une période de 6 mois d'avril à octobre 2015. Les échantillons cervicaux collectés ont été soumis à l'ADN HPV. test et quantification virale à l'aide de la PCR en temps réel TaqMan et de la cytologie cervicale. Les facteurs de risque ont été obtenus à l'aide de questionnaires semi-structurés administrés par les intervieweurs. Les variables ont été analysées à l'aide de statistiques descriptives et d'un test T sur IBM SPSS statistics version 21.0 et EPI INFOTM 7.0

Résultats: Au suivi de 6 mois, l'infection cervicale au VPH persistait chez 29 femmes, soit 50% des femmes suivies. Parmi les 29 femmes, 7 (24,1%) ont développé un test Pap anormal (lésion squameuse intraépithéliale de bas grade). Les facteurs significativement associés à la persistance lors de l'analyse bivariée du VPH comprennent les antécédents d'infection sexuellement transmissible (IST) (p=0,005), la positivité au VIH (p=0,04), la positivité au VIH mais pas d'antirétroviraux (p=0,014), l'infection au VPH 16 (p<0,0001) et moins de 40 ans (p<0,0001). Lors de la régression logistique multinomiale, seuls les âges supérieurs à 17 ans lors du premier rapport sexuel (p=0,003, IC=0,012-0,392) et les multiples partenaires sexuels à vie (p=0,021, IC=0,20-0,726) étaient statistiquement significatifs.

Conclusion: Une infection au VPH à haut risque, en plus d'autres facteurs propres à un individu, peut influencer la persistance du VPH

Mots clés: cancer du col de l'utérus, papillomavirus humain, persistance, cytologie, facteurs de risque, infection

 

Published
2021-07-02
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1595-689X