PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Journal of Food, Agriculture, Nutrition and Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Dietary patterns and prevalence of wasting among street children in Lilongwe, Malawi

Alexander A Kalimbira, Lemon Chipwatali

Abstract


Street children are persons under the age of 18 years who spend all or most of their time on the streets as a result of many  social problems within their communities. Although the number of street children is unknown in Malawi, the problem is thought to be increasing. In a cross-sectional study of 36 street children in Lilongwe, Malawi, dietary practices and the prevalence of  wasting were assessed to provide  information on the risk of poor dietary intake and malnutrition in this population. A food  frequency questionnaire and 24-hour dietary recalls were used to determine dietary practices, while anthropometric    measurements were taken to assess the prevalence of low weight-for-height (wasting). Because of their high mobility, the  participants were recruited using purposive sampling, primarily around the streets that lead to Lilongwe main market. A   qualitative checklist was used to identify prospective participants, and interviews were only done after the respondent had  given informed assent. The study showed that most (91.7%) of the street children are boys aged between 10 and 12 years  (47.2%), largely illiterate (58.3%), sleep at home (41.6%), and have both parents still living (55.6%). Through begging and  engaging in piece work, 61.1% of the children indicated that they earn between US$0.55 and US$1.09 per day. The majority  (72.2%) use the money solely to buy food from street vendors and restaurants. Foods that are mostly eaten on a daily basis  include nsima (100%), rice (50%), confectionery (44.4%), and mangoes (41.7%). On the other hand, foods that are eaten  three times a week are fish  (80.6%), chicken (58.3%), potatoes (36.1%), cookies (19.4%), pumpkin leaves (19.4%), and  bananas (13.9%). For the majority of the children, fruits and vegetables are mostly eaten once a week. Assessment of the  children’s nutritional status showed that up to 8.4% were wasted (<-2 weight-forheight Z-scores), the majority (5.6%)  severely (<-3 weight-for-height Z-scores). Limited as it is in terms of sample size and breath, the study forms a stepping stone for investigating in more detail, food and nutrition issues that affect street children in Malawi.

Key words: Malawi, cross-sectional study, dietary assessment, street children, wasting

Les enfants de la rue sont des personnes de moins de 18 ans qui passent tout le temps ou la plupart de leur temps dans la rue suite à beaucoup de problèmes  sociaux qui prévalent dans leurs communautés. Bien que le nombre d'enfants de la rue soit  inconnu au Malawi, d’aucuns pensent que le problème augmente. Au cours d’une étude transversale menée sur 36 enfants de la rue à Lilongwe, capitale du Malawi, les pratiques diététiques et la fréquence de dépérissement ont été évaluées en vue de  fournir des informations sur le risque de régime alimentaire pauvre et de malnutrition dans cette population. Un questionnaire sur la fréquence des repas et rappels diététiques en 24 heures a été utilisé pour déterminer les pratiques diététiques, tandis  que les mesures anthropométriques ont été prises pour évaluer la prévalence de basses proportions entre le poids et la taille  en hauteur (dépérissement). A cause de leur grande mobilité, les participants ont été recrutés en utilisant un échantillonnage  fondé sur le but visé, principalement autour des rues qui mènent vers le principal marché de Lilongwe. Une liste de contrôle  qualitative a été utilisée pour identifier des participants éventuels, et des entrevues n’ont été faites qu’après que la personne  interrogée ait donné son consentement. L'étude a montré que la majorité (91,7%) des enfants de la rue sont des garçons qui  ont entre 10 et 12 ans (47,2%), analphabètes en grande partie (58,3%), passent la nuit à la maison (41,6%), et ont les deux parents encore en vie (55,6%). En mendiant et en s’engageant dans le travail à la pièce, 61,1% des enfants ont indiqué   qu'ils  gagnent entre 0,55 $ américain et 1,09 $ américain par jour. La majorité de ces enfants (72,2%) dépensent cet  argent   uniquement pour acheter de la nourriture chez des vendeurs de rue et dans des restaurants. Les aliments qu’ils  mangent  quotidiennement sont surtout nsima (100%), le riz (50%), des friandises (44,4%) et des mangues (41,7%). Par  ailleurs, les aliments qu’ils mangent trois fois par semaine sont le poisson (80,6%), le poulet (58,3%), les pommes de terre (36,1%), les biscuits (19,4%), des feuilles de courge (19,4 %) et des bananes (13,9%). La majorité de ces enfants ne  mangent des fruits et des légumes qu’une fois par semaine. L'évaluation de l'état nutritionnel de ces enfants a montré que  jusqu'à 8,4% d’entre eux étaient décharnés (des scores de Z <- 2 du rapport entre le poids et la taille en hauteur), la majorité (5,6%) sérieusement atteints (des scores de Z <- 3 du rapport entre le poids et la taille en hauteur). Limitée qu’elle est en ce qui concerne la taille et l’insufflation prises comme échantillons, la présente recherche constitue un point de départ pour étudier dans plus de détail les problèmes de nutrition et d’alimentation qui affectent les enfants de la rue au Malawi.


Mots-clés : Malawi, étude transversale, évaluation diététique, enfants de la rue, dépérissement.

 




AJOL African Journals Online