PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Journal of International Affairs

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Systèmes de transport pour un développement intégré de l’Afrique : vers un réseau routier et ferroviaire panafricain

JM Bazonzi

Abstract


L’Afrique est un continent immense dont plusieurs contrées sont encore enclavées à ce jour. De ce fait, elle nécessite des systèmes de transport adéquats, efficaces et fort variés, susceptibles d’accélérer son développement. En effet, le manque de communication adéquate entre les zones de production et celles de forte densité et consommation est à l’origine d’un déséquilibre profond et pathologique entre l’offre et la demande globale des biens et services à travers l’espace continental. À côté du transport aérien fort onéreux, il s’avère opportun d’investir dans le transport routier et ferroviaire, plus accessible à la majorité de la population et véritable catalyseur de l’intégration et du développement du continent africain. Ainsi, dans le but de contribuer à la réflexion sur les alternatives au développement de l’Afrique, il nous semble nécessaire de jeter les bases d’une esquisse théorique du réseau routier et ferroviaire ‘panafricain’, dont le but serait de relier les grandes aires économiques et démographiques du continent afin de développer l’unité et la solidarité entre les peuples africains. La route panafricaine aurait la forme d’un triangle isocèle renversé, dont les trois angles seraient Le cap en Afrique du sud, Le Caire en Égypte et Dakar au Sénégal. La structure générale du réseau ferroviaire panafricain comprendrait un grand axe central allant du Caire au Cap, avec une variante Alger–Le Cap, une transversale Dakar–Mombassa, une boucle périphérique unissant toutes les zones côtières au coeur du continent, et plusieurs autres axes reliant entre elles les différentes régions. L’implantation de ces structures devrait se faire selon une nouvelle conception de l’intégration régionale ayant pour fondement le commerce et l’investissement, l’exploitation concertée des ressources naturelles, l’implication du secteur privé, l’industrialisation axée sur les exportations ainsi que le développement des infrastructures efficaces et rentables, capables de briser le cercle de la pauvreté et les cycles de violences.



http://dx.doi.org/10.4314/ajia.v9i1-2.57247
AJOL African Journals Online