Les Gouvernements de transition comme sites d’institutionnalisation de la politique dans les ordres politiques en voie de sortie de crise en Afrique ?*

  • YP Mandjem

Abstract

Le Gouvernement de transition, stratégie politico-institutionnelle des sorties de crise, invoquée et utilisée ça et là, sur le continent, est présenté comme la formule « magique ». Les ordres politiques en voie de sortie de crise en Somalie, en Côte d’Ivoire, et très récemment en RDC, au Libéria, au Burundi, au Rwanda, etc. font de ce dernier un « modèle prêt-à-porter des sorties de crise et des transitions ». Le Gouvernement de transition est-il capable de transformer la violence physique de la période du conflit en violence symbolique à travers l’institutionnalisation du compromis entre les groupes politiques préalablement hostiles afin qu’ils se transforment à leur tour en groupes mutuellement légitimes et mutuellement légitimés permettant ainsi le passage à un nouvel ordre politique ? Le Gouvernement de transition considéré ici comme la clé de constitution de l’ordre politique en reconstruction et son emblème institutionnel après les accords de paix est le cadre par excellence de la civilisation parlementaire et institutionnelle des moeurs politiques. Il est aussi un cadre de luttes de pouvoir feutrées ou violentes entre acteurs pour la définition de la forme, du sens et de la hiérarchie au terme de la transition. L’inscription du Gouvernement de transition dans un processus enchanteur, porteur d’un avenir meilleur fixé à l’avance n’en est pas un. Cette étude montre enfin qu’il fait partie d’un processus ambigu ponctué par la dynamique des rapports de forces, facilitant ou hypothéquant la sortie de crise.

Transition Government, as a politico-institutional technique for conflict resolution, is often referred to and utilized on the continent. It is presented as the magical recipe. Its use in the crises in Somalia, Côte d’Ivoire, and very recently in DRC, Liberia, Burundi, Rwanda, etc. have finally made it a ‘ready for use model for conflict resolution and transitions’. Can the transition government transform conflict physical violence to symbolic violence through the institutionalization of compromise between political groups that are generally hostile against each other in order for them to become in return mutually legitimate and legitimizing groups hence ushering in the transition to a new political order? Transition government, which is hereby regarded as the key for the
establishment of the political order in reconstruction and its institutional emblem beyond the peace agreements, is par excellence the basis of a parliamentarian and institutional civilization of political ethos. This study demonstrates in the final analysis that it is misleading to consider Transition Government as part and parcel of an enchanting process that provides a bright future. In reality, it is an ambiguous process that is punctuated by a dynamic power relationship which either facilitates or hijacks conflict resolution.

Article text in French.

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 0850-7902