PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Journal of Neurological Sciences

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Crises epileptiques au cours de la toxoplasmose cerebrale chez les patients immunodeprimes au vih.

Y Mapoure Njankouo, E Vaissaba, H Luma Namme, B Tchaleu, HB Mbatchou Ngahane, S Mbahe, J Kamdem, P Abena, A Joko, A Mouelle Sone

Abstract


Objectif Décrire les caractéristiques des crises épileptiques au cours de la toxoplasmose cérébrale (TC) chez les patients immunodéprimés au VIH à l’Hôpital Général de Douala (HGD).
Matériel méthodes
Il s’agissait d’une étude descriptive rétrospective des cas de TC diagnostiquée entre janvier 2000 et décembre 2012. La prévalence, le type, la fréquence des crises épileptiques et les thérapeutiques antiépileptiques ont été étudiées. Les patients avec un antécédent de crises épileptiques étaient exclus. Le test de Khi-2 a été utilisé pour rechercher les facteurs associés à la survenue des crises épileptiques tandis que le test de Student a été utilisé pour comparer les moyennes. P < 0,05 était considéré comme statistiquement significatif.
Résultats 146 patients étaient inclus avec 78 femmes pour un sex-ratio de 0,87 en faveur des femmes. L’âge moyen était de 39,38 ± 9,88 ans. Le taux de CD4 moyen était de 115,63 ± 142,70 éléments/ml. La prévalence des crises épileptiques était de 45,2% et 61% des épileptiques étaient répétées. Les crises épileptiques généralisées prédominaient avec 75,8%. Seuls la fièvre (p < 0,012), les céphalées (p < 0,004), le syndrome d’hypertension intracrânienne (p < 0,038), un taux de CD4 < 50/ mm3 (p < 0,02) et un taux d’hémoglobine < 10g/dl (p < 0,017) étaient statistiquement associés à la survenue des crises épileptiques. Un traitement antiépileptique était prescrit chez 43,2% des patients.
Conclusion Les crises épileptiques sont fréquentes au cours de la toxoplasmose cérébrale. Elles peuvent se répéter et justifier d’un traitement antiépileptique.

Mots clés : Toxoplasmose cérébrale, VIH, Crises épileptiques, Douala, Cameroun.




AJOL African Journals Online