Don’t Let Sexual and Reproductive Health become Collateral Damage in the Face of the COVID-19 Pandemic: A Public Health Perspective

  • Desiree Govender
  • Saloshni Naidoo
  • Myra Taylor
Keywords: COVID-19, pandémie, santé sexuelle et reproductive, systèmes de santé, dommages collatéraux

Abstract

South Africa, similar to many other countries in the African continent is still experiencing challenges in its efforts to provide sexual and reproductive health (SRH) care to women and adolescent girls, and it has become clear that the COVID-19 pandemic is the latest threat to universal access to SRH. In the face of this threat, the Sustainable Developmental Goals that call on the global community to ―leave no one behind‖ may become a blurred vision unless we adopt a wider lens away from the tunnel vision that currently plagues health systems around the globe. This paper  therefore exposes how SRH may become collateral damage in the face of the present COVID-19 pandemic. Previous disease outbreaks diverted  attention from critical SRH services, including antenatal care, safe abortions, contraception, HIV/AIDS and sexually transmitted infections.  Governments, policy makers, health system gatekeepers and civil society organisations should not allow the COVID-19 phobia to bar women and adolescent girls from accessing SRH services. In fact, the global and South African response to the COVID-19 pandemic must protect everyone‘s rights, particularly in the health care context. Gender considerations and a human rights approach must be embedded in ensuring the accessibility and availability of SRH services.

Keywords: COVID-19, pandemic, sexual and reproductive health, healthcare systems, collateral damage

L'Afrique du Sud, à l'instar de nombreux autres pays du continent africain, connaît toujours des défis dans ses efforts pour fournir des soins de santé sexuelle et reproductive (SSR) aux femmes et aux adolescentes, et il est devenu clair que la pandémie du COVID-19 est la dernière menace. à l'accès universel à la SSR. Face à cette menace, les objectifs de développement durable qui appellent la communauté mondiale à «ne laisser personne de côté» peuvent devenir une vision floue à moins que nous n'adoptions une vision plus large loin de la vision tunnel qui sévit actuellement dans les systèmes de santé du monde entier. Cet article expose donc comment la SSR peut devenir des dommages collatéraux face à la pandémie actuelle de COVID-19. Les flambées de maladies précédentes ont détourné l'attention des services essentiels de SSR, notamment les soins prénatals, les avortements sans risque, la contraception, le VIH / sida et les infections sexuellement transmissibles. Les gouvernements, les décideurs, les gardiens du système de santé et les organisations de la société civile ne devraient pas permettre à la phobie du COVID-19 d'empêcher les femmes et les adolescentes d'accéder aux services de SSR. En fait, la réponse mondiale et sudafricaine à la pandémie du COVID-19 doit protéger les droits de tous, en particulier dans le contexte des soins de santé. Les considérations de genre et une approche des droits humains doivent être intégrées pour garantir l'accessibilité et la disponibilité des services de SSR.

Mots-clés: COVID-19, pandémie, santé sexuelle et reproductive, systèmes de santé, dommages collatéraux

Published
2020-08-26

Journal Identifiers


eISSN: 1118-4841