Maternal Mortality Re-Visited in the AIDS Era: Brazzaville, 1996

  • Myriam Khlat
  • Gabriel Pictet
  • Sophie Le Coeur

Abstract



This study provides an original method of analysing maternal mortality in Brazzaville, based on all deaths collected in the mortuaries in August 1996. During the study period, a clinical examination of all cadavers brought to Brazzaville's three mortuaries was done, and the relatives who had delivered the bodies were interviewed on signs and symptoms preceding and the actual circumstances surrounding the deaths. A maternal mortality ratio of 652 per 100,000 was found in the age range 15-49 years, and the risk of death from all causes in women while pregnant, parturient or postpartum was estimated as double the baseline. The different indicators of risk of death attached to childbearing were shown to vary considerably according to age. In relative terms, the increase in all-cause risk of death was high for "early" pregnancies (estimated as nearly three fold below age 25), much more so for "late" pregnancies (nearly six fold above age 40), and much less for those pregnancies between these two age groups (less than two fold). In absolute terms, the excess risk of death associated with childbearing was maximum after (estimated at 40 per 1,000), and much lower before age 40 (5 to 6 per 1,000). In the age group most affected by AIDS (25 to 39 years), only 37% of all deaths in pregnant, parturient or postpartum women were from direct obstetric causes, versus about 60% before age 25 and 80% after age 40. The external and internal consistencies of the findings are discussed, and the public health policy implications are described.

(Afr J Reprod Health 2000; 5[1]: 56-65)

RÉSUMÉ

Un ré-examen de la mortalité maternelle au temps du SIDA: Brazzaville, 1996. Cette étude présente une méthode originale d'analyser la mortalité maternelle à Brazzaville, en se fondant sur les décès collectés dans les morgues en août 1996. Au cours de l'enquête, un examen clinique a été passé sur tous les cadavres déposés dans trois morgues à Brazzaville. Les parents qui ont amené les cadavres ont été interviewés sur les symptômes qui ont précédé la mort et sur les vraies circonstances qui entouraient la mort. Une proportion de la mortalité maternelle de 625 par 1000 était enregistrée pour celles qui sont mortes à l'âge d'entre 15 et 49 ans et le risque de mort occasionné par toutes les causes chez les femmes en grossesse, que cela soit parturiente ou postpartum, a été évalué à deux fois la ligne de base. Les différents indicateurs de risque de mort liés à la maternité montraient une variété considérable selon l'âge. En termes relatifs, l'augmentation par rapport au risque de mort était élevé en "debut" de grossesse (estimé à presque trois fois avant l'âge de 25 ans) et encore plus pour les grossesses "tardives" (presque six fois après 40 ans), et moins significatif quant à la grossesse entre les deux groupes (moins de 2 fois). En termes absolus, le risque à excès de mort lié à la maternité s'élevait jusqu'au maximum après (estimé à 40 par 1000) et beaucoup moins avant l'âge de 40 (5 à 6 par 1000). Dans le groupe d'âge le plus atteint par le SIDA (25 à 39 ans) seuls 37% de tous les décès chez les femmes en grossesse, parturiente ou post-partum, étaient causés par des problèmes directement obstétriques, par opposition à environ 60% avant l'âge de 25 et 80% après l'âge de 40 ans. Les consistences externes et internes de ces résultats ont été discutées et les implications de la politique de santé publique ont été décrites.

(Rev Afr Santé Reprod 2001; 5[1]: 56-65)
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1118-4841