Main Article Content

Essai d’optimisation de la capacite de retenue d’eau d’un lac par caracterisation geophysique du recouvrement Argileux


S Bakkali
J Bouyalaoui

Abstract

Les auteurs proposent une étude géophysique par mesures de résistivités géoélectriques en vue d’optimiser les capacités de retenue d’eau d’un lac artificiel d’une commune rurale. Le lac Rahrah de la commune dite Rahrah dans la province de Tanger au Nord du Maroc est le réservoir principal de la dite commune pour ses besoins considérables en arrosage agricole. Cette étude a pour objectif la reconnaissance et la détermination de la profondeur optimale du lac : il s’agit de définir la nature géologique des terrains et de délimiter soit la base des couches imperméables soit le toit du substratum résistant. Afin de déterminer la nature lithologique des terrains et leurs épaisseurs, 25 sondages électriques Schlumberger de direction Nord-Sud ont été implantés et réalisés de manière à couvrir la surface totale du lac Rahrah.. L’appareil de mesure de la résistivité apparente est le résistivimètre GTR-2 à sommation de signaux et à compensation automatique de la polarisation spontanée de Geotrade Instruments. Le traitement des données de résistivités apparentes mesurées a
été réalisé à l’aide du logiciel WinSev 3.3 de Geosoft. Les sondages électriques réalisés sont analogues et intègrent un modèle de terrain caractérisé par le passage d’une formation argileuse en surface à
une formation gréso-calcaire en profondeur. Ces sondages électriques attestent également de l’homogénéité des terrains sur toute la surface du lac. Du Sud vers le Nord, il existe une variation de la profondeur du toit du substratum résistant, et par conséquent des épaisseurs du recouvrement argileux, qui peuvent atteindre 15 mètres vers le sud et 35m vers le nord. Les cartes de distribution des épaisseurs et des profondeurs, issues de l’interprétation des sondages électriques, sont réalisées à l’aide du logiciel Surfer (Win32) V.6.04 de Golden Software.