PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Journal of Urology

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Le cancer du rein chez l’adulte. Etude rétrospective à propos de 155 cas

M Benjelloun, A Nouri, Y Ghannam, T Karmouni, K El Khader, A Koutani, A Ibn Attya, M Hachimi

Abstract


Objectif: Analyser les différents aspects épidémiologiques, cliniques, radiologiques, pathologiques et thérapeutiques du cancer du rein dans notre contexte. Patients et méthodes: Il s’agit d’une étude rétrospective à partir des dossiers des patients hospitalisés à notre service d’urologie pour tumeurs du rein entre 1990 et 2007. Sur les 155 dossiers consultés, 125 patients ont été traités chirurgicalement, et pour 30 patients, l’abstention a été justifiée par le stade évolué localement ou métastatique et/ou le mauvais état général. Les paramètres étudiés ont été : l’âge, la symptomatologie clinique, le bilan radiologique, le type d’intervention, les résultats anatomopathologiques et le stade histologique TNM. Tous les patients ont été revus avec un examen clinique, une échographie ou tomodensitométrie abdominale avec radiographie thoracique et une créatinémie. Résultats: Il s’agissait de 105 hommes et 50 femmes. L’âge moyen de découverte était de 60 ans (extrêmes : 18 et 85 ans). Le délai moyen entre l’apparition des symptômes et le diagnostic était d’environ 9 mois (extrêmes : 1 et 24 mois). L’hématurie était le signe révélateur le plus important noté chez 45,2% des cas. Le diagnostic a été basé sur le couple échographie – tomodensitométrie chez tous nos patients. La taille tumorale moyenne était de 10 cm (extrêmes 3 et 20 cm) lors du bilan initial. Le rein gauche était touché plus souvent que le rein droit (67% vs. 33%). Le bilan d’extension à distance était négatif chez 95 patients (61,3%), alors que 60 patients avaient des métastases viscérales et/ou ganglionnaires. Parmi ces derniers, 30 avaient un mauvais état général et/ou des métastases viscérales multiples ce qui a contre indiqué le geste opératoire. Les localisations métastatiques des 30 patients opérés étaient les suivantes: poumons (5 cas), ganglions (15 cas), os (2 cas), foie (8 cas). Plus de 80% des tumeurs étaient des carcinomes à cellules claires (carcinomes conventionnels). L’intervention a consisté à une néphrectomie totale élargie à ciel ouvert chez tous nos patients opérés. La médiane de suivi était de 62 mois (extrêmes: 6-72 mois). Trente patients ont été perdus de vue définitivement après l’intervention. Sur l’ensemble de la série, les taux respectifs de survie sans récidive à 3 ans et à 5 ans étaient de 78,4% et 47,2%. Conclusion: Le cancer du rein est une pathologie qui n’est pas rare. Sa symptomatologie est polymorphe. Le traitement de référence est la néphrectomie totale élargie. Les facteurs pronostiques les plus déterminants sont le stade (TNM) et le grade histologique de Fuhrman. Selon notre série, la néphrectomie élargie permet un taux de survie sans récidive supérieur à 85%, tous stades et types histologiques confondus.

Mots clés: Cancer, rein, adulte

 




AJOL African Journals Online