PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Journal of Urology

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Pattern of Primary Nocturnal Enuresis in Primary School Children (First Grade) in Assiut City

AM Abdel Latif, E Osman, A Abdelaziz, S Shaker, N Nageib

Abstract


Objectives : To assess the prevalence of nocturnal enuresis in primary school children, first grade (6-7 years old) in Assiut City and study its pattern and risk factors.


Patients and Methods: A random cross-sectional study including 1519 children was conducted in 10 primary schools in Assiut City throughout a period of six months. A self-administered questionnaire was completed voluntarily by the parents. Children reporting two or more incidences of nocturnal enuresis per month during the past year were considered positive repliers and were subjected to further evaluation. The control group consisting of 100 age-matched non-enuretic children presenting for other urologic or non-urologic problems mandating a plain abdominal X-ray was subjected to the same evaluation. In these children the possible detection of spina bifida was the point of concern.


Results: The response rate to the questionnaire was 79%. The prevalence of enuresis was 20.2%. Out of the enuretic children, 87.6% complained of nocturnal enuresis only; 72.3% of them were primary enuretics. Monosymptomatic enuresis was observed in 46.3% of the cases. Marked enuresis (every night) affected 53.7% of the total number of enuretic children. Statistically significant risk factors were deep sleep and a high educational level of the parents. Primary nocturnal enuresis was insignificantly associated with a positive family history, family size or birth rank. In primary nocturnal enuretics the results of the urogenital and neurological examinations were normal in 90.5% and 80.6%, respectively, and only 4% received a specific treatment. A large amount of post-void residual urine was observed in 7.4%. Spina bifida occulta was observed in 10.8% of primary nocturnal enuretics and in 11% of the control group.


Conclusions: This is the first large population-based study of the prevalence of age-related enuresis in Assiut, but it does not differ much from those reported in other parts of the world. Enuretic children and their parents are mildly concerned about enuresis. Investigations for monosymptomatic primary nocturnal enuresis are not of considerable diagnostic value or cost effectiveness.

Caractères de l'énuresie nocturne chez des enfants élevés à l'école primaire dans la ville d'Assiut


Objectifs: Apprécier la prévalence de l'énurésie nocturne chez des enfants élèves à l'école primaire (âgés de 6 à 7 ans) dans la ville d'Assiut et d'apprécier ses caractères et ses facteurs de risque.


Patients et Méthodes: Une étude randomisée incluant 1519 enfants a été réalisée dans 10 écoles primaires de la ville d'Assiut durant une période de six mois. Un questionnaire auto administré a été rempli volontairement par les parents. Les enfants ayant rapporté deux ou plus de deux épisodes d'énurésie par mois durant les deux années précédentes avaient été considérés comme répondeurs positifs et avaient été sujets à des évaluations approfondies. Le groupe témoin constitué de 100 enfants d'âges croisés, non énurétiques consultant pour des problèmes urologiques ou non, et ayant bénéficié d'une radiographie abdominale était sujet aux mêmes évaluations. Chez ces enfants la possibilité de détection d'un spina bifida revêtait une importance capitale.


Résultats: Le taux de réponse positive au questionnaire était de 79%. La prévalence de l'énurésie était de 20,2%. Parmi les enfants énurétiques, 8,7% se plaignaient seulement d'énurésie; 72,3% d'entre eux présentaient une énurésie primaire. Une énurésie isolée a été notée chez 46,3% des cas. Une énurésie marquée (toutes les nuits) était retrouvée dans une proportion de 53,7% du nombre des enfants énurétiques. Les facteurs de risque significatifs étaient le sommeil profond et le haut niveau d'éducation des parents. L'énurésie nocturne primaire était associée à des antécédents familiaux, à la taille de la famille ou au rang occupé dans la fratrie. Chez les enfants présentant une énurésie nocturne primaire l'examen urogénital et neurologique était normal respectivement dans 90.5% et 80.6% des cas et seuls 4% d'entre eux avaient bénéficié d'un traitement spécifique. Un résidu post-mictionnel important a été noté dans 7,4% des cas. Un spina bifida occulta a été retrouvé dans une proportion de 10,8% des cas d'énurésie primaire nocturne et de 11% du groupe contrôle.


Conclusions: Ce travail est le premier à étudier la prévalence de l'énurésie suivant l'âge sur une grande échelle de population à Assiut, mais les résultats ne diffèrent pas beaucoup de ceux rapportés dans d'autres parties du monde. Les enfants énurétiques et leurs parents sont modérément intéressés par l'énurésie. Les investigations en cas d'énurésie primaire nocturne isolée ne sont pas d'un grand apport diagnostique et sont coûteuses.

African Journal of Urology Vol.10(1) 2004: 22-29



AJOL African Journals Online