Extravesical Ureteral Re-Implantation versus Intravesical Techniques for Vesicoureteral Reflux in Children

  • H Aboutaleb Menoufeya University, Egypt and The Hospital for Sick Children, Toronto/Ontario, Canada
  • A El-Mahdy Menoufeya University, Egypt and The Hospital for Sick Children, Toronto/Ontario, Canada
  • B Bolduc Menoufeya University, Egypt and The Hospital for Sick Children, Toronto/Ontario, Canada
  • J Upadhyay Menoufeya University, Egypt and The Hospital for Sick Children, Toronto/Ontario, Canada
  • R Shoukr Menoufeya University, Egypt and The Hospital for Sick Children, Toronto/Ontario, Canada
  • A Khoury Menoufeya University, Egypt and The Hospital for Sick Children, Toronto/Ontario, Canada

Abstract

Objectives: To analyze the efficacy and outcome of extravesical (EUR) and intravesical ureteral re-implantation (IR) techniques in primary and secondary vesicoureteral reflux (VUR) in children.
Patients and Methods: Between 1997 and 2000, 218 patients (339 ureters) admitted to the Hospital For Sick Children, Toronto, Canada, underwent ureteral re-implantation. The patients were stratified into four groups: primary or secondary VUR and EUR or IR. We analyzed the success rates, contralateral VUR, postoperative retention, de-novo hydronephrosis and surgical complications.
Results: The mean age at presentation and surgery was 2.5 (birth-12 years) and 5.5 (1-19 years) years, respectively. Mean follow-up was 15 months. Hospital stay was 2.3 and 4.2 days for EUR and IR, respectively. In primary VUR, 147 patients (235 ureters) underwent EUR and 6 (12 ureters) IR. Success rates were 94.5% and 91.7% at 3 months, and 97.3% and 91.7% at 15 months, respectively. In secondary VUR, 41 (56 ureters) and 24 patients (36 ureters) had EUR and IR, respectively; the success rates were 93% and 88.9% at 3 months and, 98.2% and 91.7% at 15 months, respectively (p=ns). Contralateral VUR was detected in 11.8% after EUR and de-novo hydronephrosis in 14.2% and 28.6% in both groups, respectively. Six patients had retention after bilateral EUR and one after bilateral IR.
Conclusion: Both the extravesical and intravesical re-implantation methods yield excellent results in the treatment of vesicoureteral reflux. However, the easy application of the extravesical approach, its high success rate in primary as well as secondary reflux, the brief hospital stay and the decrease in the urinary retention rate after bilateral surgery with technical improvements make it our preferred approach for open surgical repair in primary and secondary VUR.

Les Techniques de réimplantation urétérale pour réflux vésico-urétéral chez l\'enfant: La voie extravésicale versus la voie intravésicale
Objectifs: Analyser l\'efficacité et les résultats de la réimplantation urétérale par voie extravésicale (EVR) et par voie intravésicale (IVR) dans le traitement du reflux vésico-urétéral primitif et secondaire (VUR) chez les enfants.
Patients et Méthodes: De 1997 à 2000, 218 patients (339 uretères) ont subi une réimplantation urétérale. Les patients ont été répartis en quatre groupes: VUR primitif ou secondaire et EVR ou IVR. Nous avons analysé le taux de succès, le VUR controlatéral, la rétention postopératoire, l'hydronéphrose de novo et les complications chirurgicales.
Résultats: L\'âge moyen à la découverte et à la chirurgie était de 2,5 ans (naissance-12) et 5,5 ans (1-19), respectivement. Le suivi était en moyenne de 15 mois. Le séjour à l\'hôpital était respectivement de 2,3 et 4,2 jours pour l'EVR et l'IVR. Dans le VUR primitif, 147 patients (235 uretères) ont subi une EUR et 6 (12 uretères) une IVR. Les taux du succès étaient respectivement de 94,5% et 91,7% à 3 mois, et 97,3% et 91,7% à 15 mois. Dans le VUR secondaire, 41 (56 uretères) et 24 patients (36 uretères) ont eu, respectivement, une EVR et une IVR; les taux du succès étaient 93% et 88.9% à 3 mois et, 98.2% et 91.7% à 15 mois, respectivement (p=ns). Un VUR controlatéral a été détecté dans 11.8% des cas après EVR et une hydronéphrose de novo dans 14.2% et 28.6% dans les deux groupes, respectivement. Six patients ont présenté une rétention après une EVR bilatérale et un après une IVR bilatérale.
Conclusions: Les deux méthodes de réimplantation pour reflux vésico-urétéral présentent des résultats excellents. Cependant, la réalisation facile de l\'approche extravésicale, son haut taux de succès dans le traitement du reflux primitif aussi bien que le reflux secondaire, le bref séjour à l\'hôpital et le faible taux de rétention urinaire après chirurgie bilatérale en font notre approche préférée pour la chirurgie à ciel ouvert du VUR primitif et secondaire.
African Journal of Urology Vol.10(4) 2004: 257-263
Published
2005-02-10
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1110-5704