PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Annales Aequatoria

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

Bouquiniste de Yolem. Essai critique

Menda T. Lukusa, Tumba J. Mulumba

Abstract


Résumé

L'étude du temps dans ";Le bouquiniste"; nous montre un écrivain engagé dans une partie difficile avec le temps linguistique, mais développant à travers une banale histoire d'enfant de rue, une idéologie volontariste mettant en scène un phaseur qui devient patron de bistrot et renoue ainsi à l'âge adulte, avec une mère qui n'avait pu le nourrir au temps de son enfance. C'est l'occasion pour Yoka Lye Mudaba de peindre avec force couleurs une remarquable fresque de la vie des phaseurs de Kinshasa. La rage de narrer de l'artiste se manifeste à travers de nombreuses ellipses qui écrasent le temps de la narration, style proche de la fièvre d'une jeunesse pressée de vivre. Le temps taraude le jeune, flirte avec la maquerelle qui défie son action corrosive à coups d'artifices, oublie le sage qui l'a comme définitivement fixé dans d'insonores cors de chasse. Comme un coureur contre la montre, le jeune doit éviter la Sirène et écouter l'expérience et la sagesse. Toutefois, un tel succès de phaseur est factice. Son parcours peu canonique est souvent inimitable, sauf à considérer, a contrario, que le bien-être n'est dû qu'à quelques uns.


Mots-Clés: idéologie volontariste; phaseur; Yoka Lye Mudaba; Kinshasa;

Summary

The study of the time in ";The bouquiniste"; shows a writer who has difficulties with the linguistical time. Instead, he developes through a banal story of a street child, a volontariste ideology which portrays a phaseur that becomes the boss of a café and renews thus with the adult age, with a mother whom could have not fed him in the time of his childhood. This is the opportunity for Yoka Lye Mudaba to paint forcefully a remarkable fresco of the life of the phaseurs of Kinshasa. The artist's passion to narrate appears through numerous ellipses that crush the time of the story, a style close to the fever of a youth hurried to live. The time taps the youngster, flirts with the madam who challenges his corrosive action with artifices, forgets the wise man who fixed him definitely in soundproof hunter horns. As a runner against the clock, the young must avoid the Siren and must listen to experience and wisdom. However, such a success of phaseur is artificial. His course little canonical is often inimitable, except to consider, a contrario, that the well-being is only owed to some.


(Annales Aequatoria: 2002 23: 457-487)



http://dx.doi.org/10.4314/aq.v23i1.5554
AJOL African Journals Online