PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Annales des Sciences Agronomiques

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

Typologie des systemes d’elevage bovin de la commune de gogounou au nord-est du Benin

I.T Alkoiret, D.Y.G Awohouedji, A.Y.J Akossou, R.H Bosma

Abstract


Afin de caractériser les systèmes d’élevage bovin de la commune de Gogounou au nord-est du Bénin, une enquête concernant 102 élevages ayant un effectif total de 7.769 têtes de bovins a été réalisée. En utilisant les méthodes d’analyse factorielle des correspondances multiples (AFCM) et de classification hiérarchique ascendante (CAH), une typologie des élevages bovins de la commune a pu être mise en place. Ainsi, trois types d'élevages bovins ont été mis en évidence. Les éleveurs du premier groupe sont en majorité du groupe socioculturel peulh (87 %) et sont responsables de troupeaux d’effectifs modestes (30 ± 15 têtes), constitués par héritage et confiage (40 %). Le mode d’élevage transhumant est pratiqué par 62 % des éleveurs de ce groupe, contre 38 % de sédentaires. La complémentation alimentaire est limitée aux résidus de récolte et les traitements endogènes sont prédominants (93 %). Le second groupe est constitué de grands éleveurs peulh (100 %), pratiquant tous la transhumance. Ils possèdent d’importants troupeaux (158 ± 68 têtes) constitués par achat, héritage et confiage (20 %). Les résidus de récolte et le sel de cuisine sont utilisés pour complémenter les animaux, alors que les traitements vétérinaires sont prédominants (85 %) et les animaux sont déparasités au moins une fois par an. Le troisième groupe est composé d’éleveurs-agriculteurs des groupes socio-culturels Gando (54,5 %) et peulh (45,5 %). L’effectif moyen des troupeaux bovins de ce groupe a été de 52 ± 48 têtes et ils sont constitués essentiellement par achat, héritage et confiage (7 %). Le mode d’élevage sédentaire est pratiqué par les éleveurs Gando, alors que les peulh sont des transhumants. La complémentation alimentaire est assurée par les résidus de récolte, les réserves fourragères et les tourteaux de coton. Les traitements vétérinaires sont utilisés par 96 % des éleveurs. La typologie mise en place nous a permis de mieux comprendre les modes de fonctionnement de ces élevages, leurs problèmes et les principaux facteurs limitants.


Mots clés : Systèmes d’élevage, bovin, Borgou, taille du troupeau, Bénin.




http://dx.doi.org/10.4314/asab.v12i2.53854
AJOL African Journals Online