Reviews

Evaluating the Anti-Plasmodium, Anti-Pyretic and Analgesic Efficacy of Some Locally Used Anti-Malaria Herbs

  • Evangeline T Oparaocha Department of Biological Sciences, Michael Okpara University of Agriculture, Umudike, PMB 7267, Umuahia, Abia-State, Nigeria
Keywords: medicinal plants, local traditional medicine, malaria, anti-malarial properties, antipyretic and analgesic properties, concoctions, efficacy, resistance, generic anti-malaria drugs, A. indica, C. citratus, V. amygdalina, C. papaya, O. gratissimum, Nigeri

Abstract

In Nigeria as in other tropical African countries, the natives use so many herbs, which are traditionally believed to have anti-malarial property. Concoctions prepared from these herbs (either singly or in combination with one another) are swallowed or inhaled to treat malaria. With the introduction of cheap anti-malaria drugs, there was marked reduction in the use of local herbal medicine. Unfortunately, due to the present high level of poverty in the sub-continent and the evolution of resistant strains of Plasmodium parasites to cheap and indiscriminately going back to the barks, roots and leaves of trees/herbs for treatment of illnesses. An attempt was therefore made in this study to screen five of these popular herbs, (A. indica, C. citratus, V. amygdalina, C. papaya and O. gratissimum), for efficacy against malaria parasites in the human blood stream and some major malaria presentations using the traditional method of preparing the herbal concoctions. Of the 96 persons who volunteered for the study after counseling, 70 (72.9%) were positive for plasmodium parasite although only the data from 60 (85.7%) who compiled completely with the treatment were finally recorded. The result showed that only A. indica demonstrated anti-plasmodium property either as a single preparation or in combination with other herbs. The others exhibited some anti-pyretic and analgesic properties to a certain degree. The result indicates that some supposed anti-malaria herbal drugs swallowed by natives might not actually be effective in clearing the blood malaria parasites, which would result to treatment failure. There is urgent need to screen more herbs and possibly refine and standardize active ones so as to complement the few effective but costly orthodox anti-malaria drugs. This would ultimately reduce the devastating impact of the malaria in Africa.

Key Words: medicinal plants, local traditional medicine, malaria, anti-malarial properties, antipyretic and analgesic properties, concoctions, efficacy, resistance, generic anti-malaria drugs, A. indica, C. citratus, V. amygdalina, C. papaya, O. gratissimum, Nigeria

Résumé

Au Nigeria, comme dans d\'autres pays tropicaux d\'Afrique, les gens autochtones utilisent des herbes reconnues traditionnellement pour leurs vertus antipaludiques. Des concoctions préparées à partir de ces herbes (préparations simples ou mélanges avec l\'une de l\'autre) sont avalées ou inhalées en vue de traiter le paludisme. Suite à l\'introduction des médicaments antipaludiques bon marché, on assiste à une réduction prononcée de l\'utilisation de la pharmacopée traditionnelle à base d\'herbes fines locales. Malheureusement, en raison du niveau élevé de pauvreté sur le sous-continent et l\'évolution des phénomènes de résistance des souches de Plasmodium aux médicaments antipaludiques bon marché et bien renommés, tous les indigènes se retournent indistinctement vers l\'usage des écorces, des racines et des feuilles des essences ligneuses ou herbeuses pour traiter le paludisme. C\'est dans ce sens qu\'une tentative a été faite au cours de cette étude, pour évaluer l\'efficacité de cinq espèces (Azadarachta. indica, C. citratus, Vernonia amygdalina, Cayapa papaye et Ocimum gratissimum), renommées pour leur contrôle efficace des parasites du paludisme dans le sang humain et leur utilisation dans quelques recettes principales dans les méthodes traditionnelles de préparation des concoctions à partir des herbes fines. Parmi les quatre-vingt-seize (96) personnes volontaires qui ont participé à l\'étude, après la consultation médicale 70 d\'entre-elles (72,9%) étaient affectées par le paludisme, bien que seulement les données de l\'étude ont finalement porté sur 60 d\'entre elles (85,7%) qui se sont strictement conformées aux traitements. Les résultats ont prouvé que seulement A. indica possède des propriétés antipaludiques, soit en préparation simple ou une fois en combinaison avec d\'autres herbes. Les autres essences présentaient, à un certain degré, quelques propriétés antipyrétiques et analgésiques. Les résultats indiquent aussi que quelques médicaments présumés d\'être antipaludiques, préparés à partir d\'herbes fines et utilisées par les indigènes, ne sont pas capables d\'éradiquer effectivement du sang, les agents causaux de la malaria. Le traitement de la malaria avec de telles essences a souvent conduit à l\'échec. Cette étude plaide en faveur de l\'évaluation d\'un plus grand nombre d\'herbes et pour le raffinement et normalisation possibles de leurs matières actives, afin de compléter les quelques médicaments antipaludiques classiquement efficaces qui malheureusement restent si coûteux. Ceci réduirait finalement le danger que présente le paludisme en Afrique.

Mots-clés: plantes médicinales, médecine traditionnelle, paludisme, propriétés antipaludiques, propriétés antipyrétiques, propriétés analgésiques, concoction, efficacité, résistance, médicaments génériques, A. indica, C. citratus, V. amygdalina, C. papaya, O. gratissimum, Nigeria

Discovery and Innovation Vol. 16 (3&4) 2004: 126-132
Published
2005-09-13
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1015-079X