Place des anemies dans la pathologie hospitaliere en pediatrie a l’hopital du district N°III, hopital de be Lome (Togo)

  • T Guedehoussou
  • E Tsolenyanu
  • KE Djadou
  • A Dossou
  • AD Agbere
  • DY Atakouma
  • K Tatagan-Agbi
Keywords: Anémie, enfant, épidémiologie, traitement, Togo.

Abstract

Introduction : L’anémie est une affection très répandue dans le monde particulièrement dans les pays en voie de développement responsable de décès de nombreux enfants en particulier en Afrique au sud du Sahara. Elle demeure une grande préoccupation à cause de la persistance des circonstances étiologiques notamment les pathologies infectieuses et les maladies liées aux anomalies de l’hémoglobine.
Objectifs : Evaluer l’importance et la prise en charge des anémies dans les pathologies hospitalières dans l’hôpital du District sanitaire N° 3 de Lomé Commune.
Méthodologie : Nous avons analysé les dossiers médicaux des enfants hospitalisés du 1er novembre 2007 au 30 avril 2008 dans le service de pédiatrie de l’hôpital du district N°III, hôpital de BE. Etait inclus dans l’étude tout enfant de moins de 15 ans hospitalisé et ayant un taux d’hémoglobine inférieur à 10g/dl quelque la pathologie sous-jacente.
Résultats : Au total 1029 enfants étaient hospitalisés pendant la période de l’étude parmi lesquels 549 pour anémie sévère qui ont fait l’objet de cette étude soit 53,35%. Environ huit enfants sur dix a moins de 5 ans (76%) dont 42,3% avaient moins d’un an âge moyen 4ans extrême 8 jours et 14 ans. Une prédominance masculine a été observée avec une sex ratio de 2,03. Les cas ont été enregistrés tous les mois avec des pics en novembre, décembre janvier et mars correspondant à la saison pluvieuse. Les principaux signes ayant motivé les d’hospitalisations ont été Fièvre (59,6 %), pâleur cutanéo-muqueuse (43,9 %), troubles digestifs (18,76 %), asthénie (13,8 %). Le paludisme était l’étiologie la plus prédominante (82 %, suivi des hémoglobinopathies (12 %), les infections respiratoires aiguës (6,2 %), les parasitoses digestives (3,6 %), les infections néonatales (2,9 %), souffrances néonatales (2,2 %). La plupart des enfants avaient un taux d’hémoglobine inférieur à 08 g/ dl (68,27 %), il varie de 02g/dl à 09,93 g/dl avec un taux d’hémoglobine moyen de 6,4g/dl. La transfusion sanguine (49,18 %) et le traitement martial (75,18 %) ont été réalisés associées à un traitement antipalustre systématique (100 %) à base d’Artéméther (65,57 %) et de sels de quinine (34,43 %). Le taux de guérison était de 81,2 % contre 10,9 % de décès dont 71,6 % avaient moins de 1an 71,6 % et 33,3 % ayant un taux d’hémoglobine < 5 g/ dl.
Conclusion : L’anémie sévère demeure une cause importante de décès de nourrisson même nourris au sein. Les résultats de cette sont importants à prendre en compte dans les stratégies de lutte contre l’anémie du jeune enfant notamment dans les communications en faveur de l’alimentation du nourrisson, la prévention du paludisme et des maladies héréditaires de l’hémoglobine ainsi que les mise à disposition et l’usage des moyens de prise en charge simples et efficaces de l’anémie dans les régions.

Mots clés : Anémie, enfant, épidémiologie, traitement, Togo.

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2413-354X
print ISSN: 1727-8651