Pratique du bloc infraclaviculaire par voie sous coracoïdienne par les techniciens superieurs d’anesthesie reanimation au Chu Sylvanus Olympio de Lome (Togo)

  • K Tomta
  • S Assenouwe
  • T Mouzou
  • P Egbohou
  • H Sama
  • Y Akala
  • M Chobli
  • S Ahouangbevi
Keywords: Anesthésie locorégionale, bloc infraclaviculaire, voie sous-coracoïdienne, Togo, Anaesthesia, infraclavicular block, subcoracoïdian approach

Abstract

Introduction: L’anesthésie locorégionale (ALR) est la technique de choix pour la chirurgie du membre supérieur, et le bloc infraclaviculaire (BIC) pourrait être le bloc de référence. L’objectif de notre étude était d’évaluer la pratique de ce bloc par approche sous coracoïdienne, par les techniciens supérieurs d’anesthésie réanimation (TSAR) dans notre centre de référence nationale.

Patients et méthodes: il s’est agi d’une étude prospective sur des patients de plus de 14 ans devant bénéficier d’une chirurgie du membre supérieur portant sur le tiers inférieur du bras, le coude, l’avant-bras, le poignet, ou la main, en urgence ou programmée, avec ou sans garrot. Le bloc était réalisé avec 40ml d’un mélange Lidocaïne 2% et bupivacaïne 0,5% après repérage du nerf radial ou médian par monostimulation sur réponse motrice distale de l’un desdits nerfs. Le bloc sensitif était qualifié de satisfaisant lorsqu’il permettait la chirurgie sans autre recours, insuffisant lorsque certains territoires sensitifs et en particulier des endroits de la zone d’incision n’étaient pas bloqués, et d’échec lorsque toute la zone d’incision était non bloquée. Outre les caractéristiques sociodémographiques des patients, les paramètres étudiés étaient les données de la chirurgie et du bloc, les complications.

Résultats: Cent cinq patients (60 hommes et 55 femmes) ont été inclus. Leur âge moyen était de 35 ans (extrêmes : 15 et 62), et ils étaient classés ASA1-2 à 94,3%. La chirurgie était localisée majoritairement au poignet, à l’avant-bras, était essentiellement traumatoorthopédique (78%), et avait duré en moyenne 86,5mn. Le temps de réalisation du bloc a varié de 3 à 27 mn, et le délai moyen d’installation du bloc de 4 à 30mn. Le bloc était satisfaisant dans 86,7% des cas, insuffisant dans 10,5% et avait échoué dans 2,8%. Le bloc sensitif a duré en moyenne 283mn contre 195,6mn pour le bloc moteur. Trois cas (2,8%) de ponction vasculaire, et 11 cas (10,5%) de paresthésie à la neurostimulation ont été enregistrés. Aucune complication en rapport avec le bloc n’a été enregistrée après la chirurgie.

Conclusion: Le bloc infraclaviculaire par voie sous-coracoïdienne en monostimulation et injection unique est une technique simple, efficace, réalisable dans un contexte de moyens limités et par les techniciens supérieurs d’anesthésie réanimation. Toutefois, des efforts pour réduire le temps de réalisation, choisir la meilleure réponse motrice distale sur laquelle injecter l’anesthésique local, par une pratique plus fréquente des techniques d’ALR périphérique, sont nécessaires pour augmenter le confort des patients et le taux de succès du bloc.

Mots clés: Anesthésie locorégionale, bloc infraclaviculaire, voie sous-coracoïdienne, Togo

English Title: Practice of infraclavicular block by subcoracoïdian approach, by qualified anaesthesist technicians in Sylvanus Olympio Teaching Hospital in Lome (Togo)

English Abstract

Introduction: regional anesthesia is the technique of choice for upper limb surgery, and infraclavicular block (ICB) could be the reference one. The aim of our study was to evaluate the practice of this block by subcoracoïdian approach by qualified anesthesiologist technicians in our reference center.

Patients and methods: This prospective study was led on patients aged over 14 years undergoing upper limb surgery on the lower third of the arm, elbow, forearm, wrist, or hand, urgently or on program, with or without tourniquet. The block was performed with 40 ml of a mixture of Lidocaine 2% and bupivacaine 0.5%, after locating the radial or median nerve by monostimulation, on distal motor response of one of these nerves. The sensitive block was said satisfactory when it allowed surgery without other recourse, insufficient when some sensitive territories and particularly some places in the surgery area were not blocked, and failed when all the zone of incision is not blocked. The parameters studied were sociodemographic characteristics of the patients, surgery and block data, and block complications.

Results: One hundred and five patients (60 men and 55 women) were included. Their average age was 35 years (range 15 to 62) and were classified ASA1-2 to 94.3%. The surgery was predominantly localized on wrist and forearm, was essentially traumatoorthopedic (78%), and lasted from 23 to 105mn. The time to perform the block varied from 3 to 27mn, and the average time of installation of block, 4 to 30 minutes. The block was satisfactory in 86.7% of cases, insufficient in 10.5% and absent in 2.8%. The sensory block lasted on average of 283mn against 195.6 mn to the motor block. Three cases of vascular puncture (2.8%) and 11 cases (10.5%) of paresthesia of neurostimulation were recorded.

Conclusion: The infraclavicular block by subcoracoïdian approach on monostimulation and single injection, is simple, effective, and feasible in a context of limited resources and by qualified anesthesiologist technicians. However, efforts to reduce the time of execution, to choose the best distal motor response on which inject the local anesthetic, By a more common practice of the peripheral nerve blocks techniques, are needed to increase patient comfort and success of the block.

Keywords: Anaesthesia, infraclavicular block, subcoracoïdian approach, Togo

Published
2016-11-22
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2413-354X
print ISSN: 1727-8651