PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

Impacts de l’utilisation des Engrais chimiques sur les cultures maraicheres du site maraicher de Houeyiho dans la commune de Cotonou (Benin, Afrique de l’Ouest)

M. Sohounou, E.W Vissin, A.Y Deguenon, D.L Dougnon, Y.E Atiye, M. Idani, Ch.S. Houssou, A.P Edorh, K.E. Agbossou

Abstract


Au Bénin, l’accroissement urbain se fait à un taux élevé, suite à un exode rural important vers les grandes villes. Cette accélération rapide de l’urbanisation entraîne une insécurité alimentaire croissante ainsi qu’une détérioration de la qualité de l’environnement (Agbossou et al., 2005).Cette étude vise à analyser les impacts de l’utilisation des engrais chimiques sur les cultures maraîchères sur le site de Houéyiho à Cotonou.
Les investigations socio-anthropologiques auprès de 109 maraîchers et 85
consommateurs, s’appuyant sur les techniques d’entretien individuel et l’observation
directe, etc. ont permis d’identifier les types de légumes et les apports organiques ou chimiques d’engrais utilisés par les maraîchers. Les statistiques qualitative et quantitative ont été utilisées. Il s’agit d’une étude descriptive.


L’analyse des résultats a montrée que Solanum macrocarpum et amarantus hybridus sont les légumes les plus cultivés respectivement 69% et 21% à cause de leurs préférences dans l’alimentation des consommateurs.Les proportions des maraîchers utilisant les engrais chimiques ou non ou encore les deux couplés sont : E1= Engrais minéral (59.9%), E2= Engrais minéral+ compost mal trié (31,1%), E3=  Matière organique en faible quantité (4,5%) et E4= gadoue en quantité suffisante+ compost de bonne qualité (4,5%).L’utilisation intensive des engrais chimiques seuls sur les légumes est source de pollution car il y a le risque de porosité du sol à moyen et à long terme. La pollution de la nappe phréatique et des cours et plans d’eau sans oublier la présence de résidus dans les légumes qui ont pour corollaire la perturbation de la chaîne alimentaire.


Mots clés:Cotonou, engrais chimiques, cultures maraichères, risques sanitaires et
environnementaux.




AJOL African Journals Online