Detection par la PCR des begomovirus de la tomate (Solanum lycopersicum L.) dans les zones de production du Togo

  • A.S. Mivedor
  • K.A. Dansou-Kodjo
  • D.K. Adjata
  • J. Duclercq
  • Y.M.D. Gumedzoe
Keywords: Begomovirus, PCR, Plantes sauvages, Tomate, Virose.

Abstract

Les maladies virales causées par les Begomovirus transmis par l’insecte vecteur Bemisia tabaci Gennadius sur la tomate (Solanum lycopersicum L.) constituent une contrainte biotique majeure pour la production de ce légume fruit. Les pertes de rendement causées par ces virus peuvent atteindre 100%. Au Togo, très peu de données moléculaires existent sur les Begomovirus de la tomate. Afin d’avoir plus d’information sur ces Begomovirus que la présente étude a été menée afin de déterminer les Begomovirus de la tomate au Togo et de mieux la protéger. Pour atteindre ces objectifs, une collecte d’échantillons géoréférencés de feuilles présentant des symptômes typiques de virose a été effectuée dans les champs sur des plants de tomate et autres plantes (sauvages et cultivées) dans les préfectures d’Assoli, de Bassar, de Binah, de Cinkassé, de Doufelgou, du Golfe, de la Kozah, de Kpendjal, des Lacs, de l’Ogou , de Sotouboua, de Tchaoudjo, de Tone et de Zio. Au total 307 échantillons ont été collectés et analysés par PCR. Les résultats de la PCR ont révélé la présence de Begomovirus sur 25,40% des échantillons analysés dont 4% sur les plantes sauvages et autres plantes cultivées à savoir: Euphorbia heterophylla, Physalis angulata, Ageratum conyzoides, Synedrella nodiflora, Clerodendron sp, Solanum macrocarpon, Glycine max, et Abelmoschus esculentus. Les analyses statistiques ont révélé dans l’ensemble que la préfecture de Tchaoudjo, avait le taux de contamination le plus élevé (100%). Ces résultats suggèrent que les Begomovirus seraient associés à une grande diversité de plantes sauvages non encore connues au Togo.

Mots clés: Begomovirus, PCR, Plantes sauvages, Tomate, Virose.

Journal Identifiers


eISSN: 2413-354X
print ISSN: 1727-8651