Un nouvel insecte ravageur majeur du sorgho, Poophilus costalis au Togo: degats et methodes de lutte

  • L.K. Agboyi
  • K.E. Kpemoua
  • K. Negloh
  • K. Labare
Keywords: Changement climatique, Poophilus costalis, bioinsecticide, insecticide de synthèse, lutte intégrée

Abstract

Le changement climatique est source de nouvelles conditions favorables à la prolifération des ravageurs. Depuis 2001, une espèce émergente, Poophilus costalis (Walker) (Hemiptera: Cercopidae), cause de sérieux dégâts aux cultures de sorgho au Togo. Des prospections ont été faites dans 75 champs de sorgho de la Région des Savanes au Togo en 2012 pour évaluer la densité de P. costalis et l’importance de ses dégâts. Par ailleurs, des bioessais ont été réalisés pour étudier la sensibilité du ravageur aux bioinsecticides Extrait de Graines de Neem (EGN), spinosad et abamectine et aux insecticides de synthèse cyperméthrine, carbofuran et chlorpyrifos éthyle. Les prospections ont montré que les attaques de P. costalis ont été fortes dans les préfectures de Tandjoaré, Cinkassé et Tône avec des densités respectives de 65, 56 et 39 individus sur 20 plants de sorgho. Les densités étaient faibles dans la préfecture de l’Oti (19 individus/20 plants) et modérées dans celle de Kpendjal (29 individus/20 plants). Comparés à l’Oti, Les indices de dégâts (ID) de P. costalis étaient forts (ID ≥ 2) à Tandjoaré, Cinkassé et Tône et modérés à Kpendjal (ID ≤ 2). Les bioessais ont montré que les insecticides EGN, chlorpyrifos éthyle et cyperméthrine ont été plus toxiques à P. costalis que spinosad, carbofuran et abamectine. Au vu de ces résultats, l’étude doit se poursuivre pour mettre au point une méthode de lutte intégrée incluant l’utilisation de l’EGN contre P. costalis.

Mots clés: Changement climatique, Poophilus costalis, bioinsecticide, insecticide de synthèse, lutte intégrée

Journal Identifiers


eISSN: 2413-354X
print ISSN: 1727-8651