PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

Sinusites maxillaires : Epidemiologie, diagnostic et traitement

E Boko, W Dolou, P Awesso, B Amana, E Kpemissi

Abstract


Introduction et objectifs: Les sinusites maxillaires sont fréquentes. Les objectifs de ce travail étaient d’étudier les aspects cliniques et paracliniques des sinusites maxillaires et d’évaluer leur prise en charge
thérapeutiques dans le service d’ORL du CHU Campus de Lomé.
Méthodologie: Il s’agit d’une étude rétrospective menée à propos de 455 cas de sinusites maxillaires suivies dans le service d’ORL du CHU-Campus de Lomé du 1er janvier 1999 au 31 décembre 2008 soit sur une période de 10 ans.
Résultats : Notre étude menée sur une période de 10 ans nous a permit de noter une fréquence annuelle de 45,5 patients. Les sujets âgés de 20 à 60 ans étaient les plus représentés. Les sujets du sexe masculin
avaient prédominé avec une sex-ratio 1,16. Les facteurs favorisants étaient d’origine allergique et dentaire. Les motifs de consultation étaient les céphalées (43,99%), la toux (25,70%), la rhinorrhée (12,52%), l’obstruction nasale (9,88%), et l’insomnie (3,79%). L’examen clinique avait noté une prédominance de la turgescence du cornet inférieur (36,67%) et de la congestion de la fosse nasale (3,33%). La radiographie en incidence de Blondeau avait montré une opacité homogène (56,65%), une opacité en cadre (18,92%) et un polype (14,86%). Les médicaments les plus utilisés étaient l’association amoxicilline-acide clavulanique, les céphalosporines, les macrolides, les quinolones, le métronidazole. La
guérison clinico-radiologique a été obtenue dans 76,26% dans un délai moyen de 8 et 12 jours.
Conclusion : La sinusite maxillaire est fréquente. Elle touche surtout l’adulte jeune. Les facteurs favorisants prédominants sont l’allergie et la carie dentaire. Le diagnostic précoce doit être fait pour éviter la survenue de complications.

 

Introduction-Objectives: Maxillary sinusitis is common. The objectives of this study were to determine the clinical and paraclinical aspects of maxillary sinusitis and to assess its therapeutic management at the
ENT department of CHU Campus de Lomé.
Methodology: It is about a retrospective study on the follow-up care of 455 maxillary sinusitis cases at the ENT department of CHU Campus de Lomé from January 1st, 1999 to December 31st, 2008, that is over a period of ten years.
Results: Our research conducted over a period of ten years allowed us to notice an annual frequency of 45.5% patients. Patients aged from 20 to 60 years were the most represented. Men predominated with a sex ratio of 1.16. The predisposing factors were of allergic and dental origin. Grounds for consultation were headache (43.99%), cough (25.70%), rhinorrhea (12.52%), nasal obstruction (9.88%), and insomnia (3.79%). The clinical examination had shown a predominance of the turgescence of the inferior nasal concha (36.67%) and the congestion of the nasal fossa (3.33%). The X-ray in Blondeau’s view had shown a homogeneous opacity (56.65%), an opacity in frame (18.92%), and a polyp (14.86%). The most used medications were the combination of amoxicillin-clavulanic acid, cephalosporins, macrolides, quinolones, metronidazole. The clinical and X-ray cure has been obtained in 76.26% within an average period of eight
and twelve days.
Conclusion: Maxillary sinusitis is common. It affects mostly young adults. The predominant predisposing factors are allergy and tooth decay. An early diagnosis has to be made to avoid the appearance of complications.




AJOL African Journals Online