PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Ostrich: Journal of African Ornithology

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

The impact of capture, domestication and trade on Black Crowned Cranes in the Inner Niger Delta, Mali

Bakary Kone, Bouba Fofana, Richard Beilfuss, Tim Dodman

Abstract


The inland delta of the Niger, a vast floodplain, is the only refuge of Black Crowned Cranes in Mali. This study, centred on the regions of Mopti, Tenenkou and Youwarou, aimed to: (1) census the number of cranes in the delta and in captivity in the towns of Mopti and Bamako; (2) examine exploitation at different levels (local and national) to estimate the number of birds captured and traded, and the sums of money involved; and (3) to set up a plan for the conservation of the species. From April to August 2001 a survey was conducted amongst the hunters, buyers, sellers and those holding cranes in the towns of Mopti and Bamako. In these towns 55 people, most of whom had kept and raised cranes for more than 15 years, had 129 Black Crowned Cranes in captivity. Dealing in cranes is an activity restricted to men (farmers, aviculturalists, fishermen and traders). Over the period 1998–2000, 165 birds were bought and sold, while 70 had been exported to other countries. The average purchase price from a hunter was €24. In the delta the selling price was on average 36 278FCFA (francs of the African Financial Community) (€55), whereas in the towns the price was 104 778FCFA (€159) over the same time period. All trophies from the hunt were also sold. Clearly, the survival of this species is threatened both by habitat destruction and by hunting. Under captive conditions the birds do not breed and continued captures could lead to the extinction of cranes in Mali. A plan for the protection of the species has been drawn up and financial support is now being sought.

Le Delta Intérieur du Niger (DIN), vaste plaine d'inondation est le seul sanctuaire des Grues couronnées au Mali. C'est dans cette zone de refuge, que l'étude sur «le statut de la Grue couronnée et surexploitation au Mali» a été menée, principalement dans les cercles de Mopti, Tenenkou et Youwarou. Le District de Bamako (capitale du Mali), considérée comme la plaque tournante de toutes les transactions commerciales (achat, vente, et exportation) a été aussi enquêtée. L'étude avait les objectifs suivants:
Inventorier les effectifs de Grue couronnée dans le DIN et en captivité dans les villes de Mopti et Bamako en vue de déterminer son statut de protection;
Etudier la filière d'exploitation à différentes échelles (local et national) en vue d'une estimation des effectifs capturés, achetés et vendus et des revenus monétaires obtenus;
Proposer un plan d'action et sa mise en oeuvre en faveur de la Grue couronnée. Pendant la période d'Avril–Août 2001, une enquête a été menée dans les cercles ci-dessus cités auprès des chasseurs, acheteurs et vendeurs. La même enquête a été menée dans les villes de Mopti et Bamako auprès des éleveurs à domicile et des commerçants. Dans les villes de Mopti et Bamako, 55 éleveurs détiennent en captivité 129 Grues couronnées et se sont les hommes qui élèvent ses oiseaux dans leur basse-cour. La plupart d'entre eux ont plus d'une quinzaine d'années dans cet élevage. La commercialisation de la Grue couronnée est une activité pratiquée seulement par les hommes (agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, commerçants). 165 individus vivants ont faits de transactions commerciales (achat/vente) pendant la période 1998-2000 et 70 individus ont été enregistrés à l'exploitation vers les pays Africains, Arabes et Européens. Le prix moyen à l'achat est €24/individu entre les mains des chasseurs. Les prix moyens à la vente sont respectivement de 36278FCFA (€55)/individu, sur le DIN (période 1998–2000), Mopti, Tenenkou et Youwarou contre 104 778FCFA (€159) en villes, communes II, III et IV, pour la même période. Toutes les trophées de l'oiseau sont aussi vendues. Il est apparu les contraintes suivantes à la survie de cette espèce: la disparition et la dégradation de son habitat et la chasse. Dans les conditions actuelles de captivité l'oiseau ne se reproduit pas et la conséquence pourrait être son extinction au Mali. Wetlands International, la DRCN/Mopti et d'autres ONGs ont élaborés un plan d'action en faveur de la protection de l'espèce dont la mise en oeuvre est présentement l'objet de recherche des financements.

Ostrich 2007, 78(2): 195–203



AJOL African Journals Online