PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Ostrich: Journal of African Ornithology

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

L'échenilleur de La Réunion, Coracina newtoni, espèce endémique en danger

Thomas Ghestemme, Marc Salamolard

Abstract


L'échenilleur de La Réunion (Coracina newtoni), est le passereau endémique le plus menacé (catégorie «En danger») de l'île de La Réunion (21°06'S; 55°32'E). Sa population est actuellement estimée à 100 mâles chanteurs. L'ensemble de sa population est confinée sur un seul site (environ 16km2), dans le nord de l'île. L'echenilleur serait situé désormais dans un milieu sub-optimal, après une remontée en altitude. Une diminution du nombre de mâles chanteurs a été constatée, entre les années 1990 et 2003. La majeure partie de l'aire de répartition de l'espèce a été classée en Réserve Naturelle en 1999. En 2003–04, la Société d'Itude Ornithologiques de La Réunion (SEOR) a mené un programme de recherche et de conservation sur l'espèce. Les premiers suivis montrent une structure de la population déséquilibrée: 27% des mâles sont non appariés. Un faible succès reproducteur a été constaté: seulement 1/3 des femelles produisent des jeunes. La prédation par les rats est la première hypothèse pour expliquer le faible succès reproducteur. La qualité de l'habitat et les ressources alimentaires qui sont présentes en forêt de montagne semblent être un facteur limitant pour la population. Certains impacts comme ceux des activités de loisirs, de l'invasion par les pestes végétales, des incendies ou des cyclones semblent avoir des effets plutôt indirects, en agissant vraisemblablement sur les populations de prédateurs introduits ou sur le milieu naturel.

The Réunion Cuckooshrike is the most threatened endemic passerine bird on Réunion island (21°06'S; 55°32'E). Its population is currently estimated at 100 territorial males, confined to an area of about 16km2 in the north of the island. The birds appear to be in suboptimal habitat, at a higher altitude than in the past. The number of singing males has declined from 1990 to 2003. Most of the bird's current range was declared a nature reserve in 1999. In 2003–2004 the Société d'Etudes Ornithologiques de La Réunion (SEOR) began research on the cuckooshrike's biology and conservation. The first reports indicated an imbalance in the population sex ratio: 27% of the males were unpaired. Reproductive success was poor, with only 1/3 of the females producing young. Predation by rats seems to be the primary reason for the poor breeding success. Habitat quality and food resources in the montane forest appear to be limiting factors for the population. Other factors such as recreational activities in the area, invasive alien vegetation, fires and cyclones seem to have indirect effects, acting on the populations of introduced predators or by modifying the environment.

Ostrich 2007, 78(2): 255–258



AJOL African Journals Online