Avian diversity in Moka, Bioko Island, Equatorial Guinea

  • Christina D. Perella
  • Jacob R. Owens
  • Drew T. Cronin
Keywords: birds, biodiversity, Central Africa, conservation, mist net, protected area

Abstract

Bioko Island, Equatorial Guinea is a biodiversity hotspot facing encroaching development, logging, and hunting. Long-term monitoring of the species composition and community structure of birds on Bioko allows for a better understanding of the effects of seasonality, anthropogenic development, and climate change. The objective of this study was to evaluate the species composition, richness, and relative abundance of birds in Moka, an agricultural town with patches of secondary forest located on the edge of a protected area on Bioko. Here we report on mist netting conducted as part of student-led projects from 2008 to 2015. In total, 674 birds, representing 46 species, were caught over 76 days of sampling, including one restricted-range species and one species designated Near Threatened by the IUCN, the White-tailed Warbler Poliolais lopezi. Moka is an important area for conservation, ecotourism, and educational opportunities on Bioko; however, it is relatively understudied, with little long-term data published on the ecology of native species. These data help to create a baseline with which to make comparisons over time as land-use changes affect the habitat surrounding Moka, especially as the adjacent protected area is considered for international recognition and protection as a proposed biosphere reserve and UNESCO World Heritage Site.

Diversité aviaire à Moka, Ile de Bioko, Guinée équatoriale

L’île de Bioko, en Guinée équatoriale, est un haut lieu de biodiversité confronté au développement agricole, à l’exploitation forestière et à la chasse. Un suivi à long terme de la composition des espèces et de la structure de la communauté aviaire à Bioko permet une meilleure compréhension des effets de la saisonnalité, du développement anthropogénique et du changement climatique. L’objectif de cette étude était d’évaluer la composition et la richesse des espèces ainsi que l’abondance relative des oiseaux à Moka, une ville agricole comportant des zones de forêt secondaire fragmentées, situées en périphérie d’une zone protégée de Bioko. Nous présentons ici un rapport qui s’appuie sur des captures avec des filets japonais, réalisées par des étudiants entre 2008 et 2015. Au total, 674 oiseaux ont été capturés, soit 46 espèces, sur une durée d’échantillonnage d’environ 76 jours, et comprenant notamment une espèce à aire de répartition restreinte, l’Hirondelle brune Psalidoprocne fuliginosa, et une espèces désignée comme quasi-menacée sur la liste rouge de l’UICN, la Poliolaïs à queue blanche Poliolais lopezi. Moka est une zone importante pour la conservation, l’écotourisme et les opportunités éducatives à Bioko, cependant, elle reste très peu étudiée et dispose de très peu d’historique de données publiées sur l’écologie des espèces indigènes. Ces éléments permettent la création d’une base de référence avec laquelle il sera possible de réaliser des comparaisons dans le temps, étant donné que les changements d’affectation des terrains sont susceptibles d’impacter les habitats qui environnent Moka, et ce d’autant plus que la zone protégée adjacente est envisagée pour être reconnue et protégée à un niveau international en tant que réserve de biosphère et site de patrimoine mondial de l’UNESCO.

Published
2021-11-22
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1727-947X
print ISSN: 0030-6525