https://www.ajol.info/index.php/ostrich/issue/feed Ostrich: Journal of African Ornithology 2021-11-22T18:10:31+00:00 Publishing Manager publishing@nisc.co.za Open Journal Systems <p><span style="color: #111111; font-family: Arial, Verdana, Helvetica, sans-serif; font-size: 13px; font-style: normal; font-variant: normal; font-weight: normal; letter-spacing: normal; line-height: 17.920000076293945px; orphans: auto; text-align: left; text-indent: 0px; text-transform: none; white-space: normal; widows: auto; word-spacing: 0px; -webkit-text-stroke-width: 0px; background-color: #ffffff; display: inline !important; float: none;"><span class="Apple-converted-space"><em>Ostrich: Journal of African Ornithology</em> is a scientific journal published by NISC in association with BirdLife South Africa. Ostrich is an international journal that publishes papers in the general field of ornithology in Africa and its islands. The journal publishes peer-reviewed original scientific papers (3 000 to 10 000 words) and short articles of &lt;2 000 words. Results of studies of the behaviour, biology, breeding, ecology, migrations and movements, and systematics of birds are published. Extended taxonomic reviews will not be considered unless they include relevant discussion of behavioural or ecological criteria.</span></span></p><p><span style="color: #111111; font-family: Arial, Verdana, Helvetica, sans-serif; font-size: 13px; font-style: normal; font-variant: normal; font-weight: normal; letter-spacing: normal; line-height: 17.920000076293945px; orphans: auto; text-align: left; text-indent: 0px; text-transform: none; white-space: normal; widows: auto; word-spacing: 0px; -webkit-text-stroke-width: 0px; background-color: #ffffff; display: inline !important; float: none;"><span class="Apple-converted-space">Ostrich is also available with full text <a href="http://www.nisc.co.za/products/11/journals/ostrich-journal-of-african-ornithology" target="_blank">here</a></span></span></p><p><span style="color: #111111; font-family: Arial, Verdana, Helvetica, sans-serif; font-size: 13px;">Impact Factor: 0.833 (2016)</span></p><p><span style="color: #111111; font-family: Arial, Verdana, Helvetica, sans-serif; font-size: 13px;">5-year Impact Factor: 0.662 (2016)</span></p> https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217758 Nestling diet of the Algerian Nuthatch <i>Sitta ledanti</i>, an endemic threatened bird in Babors’ Kabylia region (north-eastern Algeria) 2021-11-22T15:20:12+00:00 Mourad Zemouri zemouri06@gmail.com Lydia Asloune zemouri06@gmail.com Aida Adrar zemouri06@gmail.com Abdelouhab Bouchareb zemouri06@gmail.com Abdelazize Franck Bougaham zemouri06@gmail.com <p>The Algerian Nuthatch is an endemic and protected bird species in Algeria, and its different habitats are threatened by fires and others human actions; the species is therefore considered ‘Endangered’. A faecal samples analysis of the species’ nestlings was done to determine their diet. The nestling faecal samples were collected during the breeding<br>season of 2019 in the Tamentout deciduous forest in the region of Babors’ Kabylia (north-east Algeria). The faecal<br>samples analysis allowed us to count 686 individuals belonging to 39 different prey taxa. They belong to two arthropods classes and six orders. Insects (95.4%) were more dominant compared with spiders (4.96%). Beetles were most diverse, with 22 prey taxa and 293 individuals. Dermaptera (earwigs) were represented by only two prey taxa and 265 individuals, with the European Earwig <em>Forficula auricularia</em> recorded 253 times. A correlation was also found between the prey sizes and energy intake. Costello’s charts indicated five potential prey including <em>Forficula auricularia</em>, <em>Oxythyrea funesta</em> and <em>Anthaxia</em> sp. were the most consumed. The niche breadth calculation (0.017) revealed that the Algerian Nuthatch specialises on some prey items such as<em> Forficula auricularia</em> to feed its nestlings. The most prized prey species had sizes between 14.5 mm and 19 mm, <em>Forficula auricularia</em> has a size of 15 mm.</p> <p><strong>Régime alimentaire des oisillons de la Sittelle kabyle <em>Sitta ledanti</em>, un oiseau endémique et menacé dans la région de la Kabylie des Babors (Nord-Est de l’Algérie)</strong></p> <p>La Sittelle kabyle est une espèce d’oiseau endémique et protégée en Algérie. Ses différents habitats sont menacés<br>par les incendies et autres actions humaines; l’espèce est considérée comme ‘En danger’. Le régime alimentaire des oisillons de l’espèce a été déterminé par l’analyse des échantillons fécaux. Durant la saison de reproduction 2019, les échantillons fécaux des oisillons ont été collectés dans la forêt caducifoliée de Tamentout dans la région de la Kabylie des Babors (Nord-Est de l’Algérie). L’analyse des échantillons fécaux nous a permis de dénombrer 686 individus appartenant à 39 taxons proies différents. Ils appartiennent à deux classes d’arthropodes et à six ordres. Les insectes (95.4%) étaient plus dominants que les araignées (4.96%). Les coléoptères étaient plus diversifiés avec 22 taxons proies et 293 individus. Les Dermaptères étaient représentés par deux taxons proies et 265 individus où <em>Forficula auricularia</em> a été enregistré 253 fois. Une corrélation a également été trouvée entre la taille des proies et leurs apports énergétiques. Le graphe de Costello indiquait cinq proies potentielles, dont <em>Forficula auricularia</em>, <em>Oxythyrea funesta</em> et <em>Anthaxia</em> sp. étaient les plus consommés. Le calcul de la largeur de la niche (0.017) a révélé que la Sittelle kabyle, pour nourrir ses oisillons, se spécialise dans certaines proies telles que <em>Forficula auricularia</em>. Les espèces de proies les plus prisées avaient des tailles comprises entre 14.5 mm et 19 mm, <em>Forficula auricularia</em> a une taille de 15 mm.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217760 Avian diversity in Moka, Bioko Island, Equatorial Guinea 2021-11-22T17:50:35+00:00 Christina D. Perella christinaperella@gmail.com Jacob R. Owens christinaperella@gmail.com Drew T. Cronin christinaperella@gmail.com <p>Bioko Island, Equatorial Guinea is a biodiversity hotspot facing encroaching development, logging, and hunting. Long-term monitoring of the species composition and community structure of birds on Bioko allows for a better understanding of the effects of seasonality, anthropogenic development, and climate change. The objective of this study was to evaluate the species composition, richness, and relative abundance of birds in Moka, an agricultural town with patches of secondary forest located on the edge of a protected area on Bioko. Here we report on mist netting conducted as part of student-led projects from 2008 to 2015. In total, 674 birds, representing 46 species, were caught over 76 days of sampling, including one restricted-range species and one species designated Near Threatened by the IUCN, the White-tailed Warbler <em>Poliolais lopezi</em>. Moka is an important area for conservation, ecotourism, and educational opportunities on Bioko; however, it is relatively understudied, with little long-term data published on the ecology of native species. These data help to create a baseline with which to make comparisons over time as land-use changes affect the habitat surrounding Moka, especially as the adjacent protected area is considered for international recognition and protection as a proposed biosphere reserve and UNESCO World Heritage Site.</p> <p><strong>Diversité aviaire à Moka, Ile de Bioko, Guinée équatoriale</strong></p> <p>L’île de Bioko, en Guinée équatoriale, est un haut lieu de biodiversité confronté au développement agricole, à l’exploitation forestière et à la chasse. Un suivi à long terme de la composition des espèces et de la structure de la communauté aviaire à Bioko permet une meilleure compréhension des effets de la saisonnalité, du développement anthropogénique et du changement climatique. L’objectif de cette étude était d’évaluer la composition et la richesse des espèces ainsi que l’abondance relative des oiseaux à Moka, une ville agricole comportant des zones de forêt secondaire fragmentées, situées en périphérie d’une zone protégée de Bioko. Nous présentons ici un rapport qui s’appuie sur des captures avec des filets japonais, réalisées par des étudiants entre 2008 et 2015. Au total, 674 oiseaux ont été capturés, soit 46 espèces, sur une durée d’échantillonnage d’environ 76 jours, et comprenant notamment une espèce à aire de répartition restreinte, l’Hirondelle brune Psalidoprocne fuliginosa, et une espèces désignée comme quasi-menacée sur la liste rouge de l’UICN, la Poliolaïs à queue blanche <em>Poliolais lopezi</em>. Moka est une zone importante pour la conservation, l’écotourisme et les opportunités éducatives à Bioko, cependant, elle reste très peu étudiée et dispose de très peu d’historique de données publiées sur l’écologie des espèces indigènes. Ces éléments permettent la création d’une base de référence avec laquelle il sera possible de réaliser des comparaisons dans le temps, étant donné que les changements d’affectation des terrains sont susceptibles d’impacter les habitats qui environnent Moka, et ce d’autant plus que la zone protégée adjacente est envisagée pour être reconnue et protégée à un niveau international en tant que réserve de biosphère et site de patrimoine mondial de l’UNESCO.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217763 Traditional belief systems and trade in vulture parts are leading to the eradication of vultures in Nigeria: an ethno-ornithological study of north-central Nigeria 2021-11-22T17:53:38+00:00 Michael M. Williams michaelmangs@gmail.com Ulf Ottosson michaelmangs@gmail.com Talatu Tende michaelmangs@gmail.com Justus P. Deikumah michaelmangs@gmail.com <p>The population of various species of vultures are declining rapidly across Africa, with noticeable declines in most areas including protected areas. This sudden decline of vultures in African countries, especially Nigeria, is quite alarming. One of the most common species of vultures, the Hooded Vulture, is now rarely encountered. This study was carried out to determine the role of traditional belief systems and trade in vulture parts on the rapid decline in vulture populations in Nigeria. The study was conducted in Plateau State in the North-Central region in Nigeria. Ethno- ornithological data were collected using semi-structured questionnaires; supported by interviews and field observations. A stratified-random sampling technique was employed for the data collection, which was conducted within 34 districts at 68 points where vultures were observed. The 204 respondents were all selected by chance encounter across the survey sites to determine their perceptions about vultures. The key finding of this research revealed massive trade in vulture parts for belief-base use, which might be responsible for the decline of vulture populations in the area. There is evidence of the consumption of vulture meat according to some of the respondents. Stiff competition with vultures for food by human and dogs was found to be another contributory factor towards vulture population decline within the study area. Many people believe that vultures are evil; hence, they are often persecuted on sight. There is an urgent need to create awareness about the importance of vultures in our environment. It is also vital to review laws on endangered species and implement them with the support of law enforcement agencies. Public awareness and sensitization of people using mass and social media campaigns should be conducted regularly on the importance of vultures and how to co-exist with them. Vulture restaurants or artificial feeding points should be created to aid population recovery.</p> <p><strong>Les systèmes de croyances traditionnelles et le commerce des parties de vautours sont à la </strong><strong>pointe de l’éradication des vautours au Nigéria: une étude ethno-ornithologique du centre-nord </strong><strong>du Nigéria</strong></p> <p>La population de diverses espèces de vautours diminue rapidement à travers l’Afrique, avec des déclins notables<br>dans la plupart des zones, y compris les zones protégées. Ce déclin soudain des vautours dans les pays africains, en particulier au Nigéria, est assez alarmant. L’une de plus espèces les plus communes de vautours, le vautour à capuchon, est désormais rarement rencontrée. Cette étude a été réalisée pour déterminer le rôle des systèmes de croyances traditionnelles et du commerce des parties de vautours sur le déclin rapide des populations de vautours<br>au Nigéria. L’étude a été menée dans l’État du Plateau; Nigéria centre-nord. Les données ethno-ornithologiques<br>ont été collectées à l’aide de questionnaires semi- structurés; appuyés par des entretiens et des observations sur le terrain. Une technique d’échantillonnage aléatoire stratifié a été utilisée pour la collecte des données, qui a été<br>menée dans 34 districts à 68 points où des vautours ont été observés. Les 204 répondants ont tous été sélectionnés<br>par rencontre fortuite sur les sites d’enquête pour déterminer leurs perceptions des vautours. La découverte clé de cette recherche a révélé un commerce massif de parties de vautours pour une utilisation basée sur la croyance; ce qui pourrait être responsable du déclin des populations de vautours dans la région. Il existe des preuves de la consommation de viande de vautour selon certains des répondants. La concurrence féroce avec les vautours pour la nourriture par les humains et les chiens s’est avérée être un autre facteur contributif possible au déclin de la population de vautours dans la zone d’étude. Beaucoup de gens croient que les vautours sont mauvais, par conséquent ils sont souvent persécutés à vue. Il est urgent de sensibiliser à l’importance des vautours dans notre environnement. Il est également essentiel de revoir les lois sur les espèces en voie de disparition et de les mettre en oeuvre avec le soutien des forces de l’ordre. La sensibilisation du public et la sensibilisation des personnes utilisant des campagnes de masse et des médias sociaux devraient être menées régulièrement sur l’importance des vautours et sur la manière de coexister avec eux. Des restaurants de vautours ou des points d’alimentation artificiels devraient être créés pour faciliter le rétablissement de la population.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217766 Colonial versus solitary breeding: nesting patterns of Brown-throated Martins <i>Riparia paludicola</i> in Morocco 2021-11-22T17:56:01+00:00 Peter W. Greig-Smith petergreigsmith@gmail.com <p>This study explored reasons for variable nesting habits in a hole-nesting bird species that sometimes breeds colonially and sometimes alone. Nesting was surveyed over ten years in natural sand cliffs and similar features created by human activity along a river and nearby habitats. Two-thirds of nests were in small colonies of 2–16 birds, where nests were less than 25 m from neighbouring breeders. Many others were hundreds of metres apart. Individual breeding locations were abandoned after only a few years’ occupation, often without obvious habitat change. Birds responded very rapidly to the sudden exposure of fresh sand cliffs by starting new colonies. If floods occurred in the first half of the season, nesting in the second half shifted to less vulnerable areas. Substantial changes from year to year, in the location of breeding activity and the ratio of colony to solitary nests, were unrelated to variations in rainfall (a likely measure of feeding conditions) in the previous breeding season or the six months prior to breeding. The proportion of nests in colonies was positively correlated with the numbers of birds breeding, indicating that coloniality was not limited by available sites. Behaviour at colony and solitary nests suggested that one benefit of group nesting is more frequent and stronger response to birds of prey. Extra adults visiting nests alongside the breeding pair were more frequent at colonies, though the significance of this is unknown. There was no evidence for neighbouring breeders coordinating their visits to and from colonies. Costs of group nesting (more frequent disturbance by groups of non-breeders, and time in defence of nests) were higher at colonies, though levels of aggression were very low. Coloniality is more likely to be an incidental result of birds independently selecting good nesting sites in an unpredictable habitat, than because of social benefits of breeding close together.</p> <p><strong>Nidification coloniale ou solitaire: modèles de nidification de l’Hirondelle paludicole <em>Riparia paludicola </em>au Maroc</strong></p> <p>Cette étude a exploré les raisons des habitudes de nidification variables chez une espèce d’oiseau nichant dans un trou qui se reproduit parfois de manière coloniale et parfois seule. La nidification a été étudiée pendant dix ans dans des talus sablonneux naturels et caractéristiques similaires créées par l’activité humaine le long d’une rivière et dans des habitats proches. Deux tiers des nids se trouvaient dans de petites colonies de 2 à 16 individus,<br>où les nids se trouvaient à moins de 25 m de nicheurs voisins. De nombreux autres étaient distants de plusieurs centaines de mètres. Les sites de reproduction individuels ont été abandonnés après seulement quelques années d’occupation, souvent sans changement évident d’habitat. Les oiseaux ont réagi très rapidement à l’exposition soudaine de falaises de sable frais en créant de nouvelles colonies. Si des inondations se produisaient au cours de la première moitié de la saison, la nidification au cours de la seconde moitié se déplaçait vers des zones moins vulnérables. Des changements substantiels d’une année à l’autre, dans la localisation de l’activité de reproduction et dans le rapport entre les nids de colonies et les nids solitaires, n’étaient pas liés aux variations des précipitations (une mesure probable des conditions d’alimentation) au cours de la saison de reproduction précédente ou des six mois précédant la reproduction. La proportion de nids dans les colonies était positivement corrélée avec le nombre d’oiseaux se reproduisant, ce qui indique que la colonialité n’était pas limitée par les sites disponibles. Le comportement aux nids des colonies et aux nids solitaires suggère que l’un des avantages de la nidification en groupe est une réponse plus fréquente et plus forte aux oiseaux de proie. Les adultes supplémentaires visitant les nids aux côtés du couple reproducteur étaient plus fréquents dans les colonies, bien que la signification de ce phénomène soit inconnue. Il n’y a pas de preuve que les nicheurs voisins coordonnent leurs visites vers et depuis les colonies. Les coûts de la nidification en groupe (perturbations plus fréquentes par des groupes de non-reproducteurs et temps consacré à la défense des nids) étaient plus élevés dans les colonies, bien que les niveaux d’agression soient très faibles. Il est plus probable que colonialite s’agisse d’une conséquence fortuite de la sélection indépendante par les oiseaux de bons sites de nidification dans un habitat imprévisible, plutôt que des avantages sociaux d’une reproduction rapprochée.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217770 Dazzled by the light: the impact of light pollution from ships on seabirds at Tristan da Cunha 2021-11-22T17:58:05+00:00 Peter G. Ryan pryan31@gmail.com E. Molly Ryan pryan31@gmail.com James P. Glass pryan31@gmail.com <p>Most of the millions of burrow-nesting petrels that breed at Tristan da Cunha are susceptible to light pollution. On dark, misty nights, petrels become disoriented by artificial lights, mainly from ships. From 2013 to 2021 at least 1 823 petrels were recorded coming aboard vessels fishing for rock lobsters. Despite limited deck lighting, bird strikes occurred on 13% of fishing nights, with 65% of birds recorded on seven nights (&lt;1%). Strikes occurred more often in spring and autumn than in summer, probably as a result of seabird breeding phenology and seasonal weather patterns. At least 70 birds were killed (4% of those reported from the ships), mainly prions <em>Pachyptila</em> spp. and storm petrels of family Oceanitidae. These represent minimum estimates, because not all birds are detected by the ships’ crews. All vessels operating close to seabird breeding islands at night should be required to black out all but the most essential lights.&nbsp;</p> <p><strong>Ébloui par la lumière: l›impact de la pollution lumineuse des navires sur les oiseaux marins à Tristan da Cunha</strong></p> <p>La plupart des millions de pétrels nichant dans des terriers de l’archipel Tristan da Cunha et s’y reproduisant, est sensible à la pollution lumineuse. Lors des nuits sombres et brumeuses, les pétrels sont désorientés par les lumières artificielles provenant principalement des navires. Entre 2013 et 2021, au moins 1 823 pétrels ont été observés à bord de navires de pêche de langoustes. Des collisions d’oiseaux ont eu lieu 13% des nuits de pêche pour 65% des oiseaux observés pendant sept nuits (&gt;1%), et ce malgré un éclairage réduit sur le pont. Les collisions étaient plus fréquentes au printemps et à l’automne, un phénomène probablement lié à la phénologie de reproduction des oiseaux marins et aux modèles météorologiques saisonniers. Au moins 70 oiseaux sont morts (soit 4% de ceux signalés par les navires); la plupart était des prions <em>Pachyptila</em> spp. et des pétrels tempête Oceanitidae. Ces chiffres sont des estimations à minima, étant donné que tous les oiseaux ne sont pas détectés par les équipages des navires. Il faudrait obliger les navires à éteindre tous les feux, sauf les plus essentiels, dès lors qu’ils opèrent à proximité des îles où se reproduisent les oiseaux marins.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217771 Using digital photography to study moult extent in breeding seabirds 2021-11-22T18:00:13+00:00 Alexis Osborne lexisosborne@gmail.com Peter G. Ryan lexisosborne@gmail.com <p>Scoring moult from live birds in the hand takes time, thereby increasing the handling stress to the birds. We show that digital photography can be used to efficiently study moult extent across multiple feather tracts. We photographed the upper wings of incubating albatrosses and giant petrels to infer which remiges and greater secondary coverts had been replaced in the previous year. Wear contrasts differentiating ‘new’ from ‘old’ feathers were easier to see for dark than white feathers, and could be enhanced by increasing image saturation. Repeat photography of the same individuals in successive years showed that the inner secondaries and associated greater coverts wear faster than the central secondaries, and this needs to be considered when aging feathers of unknown birds. Scoring primary moult in the hand took more than twice as long as photographing the entire wing. There were a few discrepancies between moult scores from photographs and birds scored in the hand, mostly due to older feathers being scored as new. These errors likely resulted from rushing to score moult in the hand under indifferent lighting conditions. However, it is essential to ensure that the wing is fully spread, so that all feathers are visible. Photographing had no impact on hatching success and it is a useful and reliable method to study the extent and symmetry of moult.</p> <p><strong>Utilisation de la photographie numérique pour étudier l’étendue de la mue chez les oiseaux de </strong><strong>mer nicheurs</strong></p> <p>L’évaluation de la mue des oiseaux vivants dans la main prend du temps, ce qui augmente le stress de manipulation pour les oiseaux. Nous montrons que la photographie numérique peut être utilisée pour étudier efficacement l’étendue de la mue sur de multiples éstensions de plumes. Nous avons photographié les ailes supérieures d’albatros et de pétrels géants en incubation pour déduire quelles rémiges et grandes couvertures secondaires avaient été remplacées l’année précédente. Les contrastes d’usure qui différencient les ‘nouvelles’ des ‘anciennes’ plumes étaient plus faciles à voir pour les plumes sombres que pour les blanches, et pouvaient être améliorés en augmentant la saturation de l’image. Des photographies répétées des mêmes individus au cours d’années successives ont montré que les secondaires internes et les grandes couvertures associées s’usent plus rapidement que les secondaires centrales, ce qui doit être pris en compte lors du vieillissement des plumes d’oiseaux inconnus. L’évaluation manuelle de la mue primaire demande deux fois plus de temps que la photographie de l’aile entière. Des écarts ont été entre notées entre les marques de mue des&nbsp; photographies et les oiseaux marqués à la main,&nbsp; &nbsp;principalement en raison des plumes plus anciennes qui étaient marquées comme neuves. Ces erreurs résultaient probablement de la précipitation pour marquer la mue à la main dans des conditions d’éclairage indifférentes.&nbsp; Cependant, il est essentiel de veiller à ce que l’aile soit entièrement déployée, afin que toutes les plumes soient visibles. La photographie n’a pas eu d’impact sur le succès de l’éclosion et constitue une méthode utile et fiable pour étudier l’étendue et la symétrie de la mue.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217772 Gould’s <i>Icones avium</i> (1837–1838) and vagrancy in the Pennant-winged Nightjar <i>Caprimulgus vexillarius</i> — could it wander to islands in the Indian Ocean? 2021-11-22T17:09:56+00:00 Guy M. Kirwan GMKirwan@aol.com <p>The Pennant-winged Nightjar <em>Caprimulgus vexillarius</em> was described in 1838 by John Gould from a male in breeding<br>plumage, but its given locality, various islands in the Indian Ocean and Red Sea coasts, was eventually deemed unreliable and replaced in the early 20th century with ‘Sierra Leone’, until the latter too was noticed to be far outside the species’ usual range. Most recently, the type locality has been suggested to be ‘southern Africa’. Using his extensive published correspondence, and other information, I discuss Gould’s contacts and preparation for a monograph of the Caprimulgidae during the mid-1830s. Clues as to where he may have acquired such a specimen are virtually non-existent, and there is no definite evidence to suggest that Gould received it from any of the <em>terra typica</em> mentioned. Nevertheless, the possibility that this species could wander to islands in the Indian Ocean, and elsewhere far outside the usual range, is clearly evidenced by modern sightings and historical specimens.</p> <p><strong>L’Icones avium de Gould (1837–1838) et l’erratisme chez l’engoulevent porte-étandard <em>Caprimulgus vexillarius</em> - pourrait-il errer vers les îles de l’océan Indien?</strong></p> <p>L’Engoulevent porte-étendard Caprimulgus vexillarius a été décrit en 1838 par John Gould à partir d’un mâle en plumage nuptial, mais la localité indiquée, diverses îles de l’océan Indien et des côtes de la mer Rouge, a finalement été jugée peu fiable et remplacée au début du 20e siècle par la ‘Sierra Leone’, jusqu’à ce que l’on s’aperçoive que cette dernière était également très éloignée de l’aire de répartition habituelle de l’espèce. Plus récemment, la localité type a été suggérée comme étant ‘l’Afrique australe’. À l’aide de sa vaste correspondance publiée et d’autres renseignements, je discute des contacts de Gould et de la préparation d’une monographie des Caprimulgidae au milieu des années 1830. Les indices sur l’endroit où il a pu acquérir un tel spécimen sont pratiquement inexistants, et il n’y a aucune preuve définitive qui suggère que Gould l’a reçu de l’une des <em>terra</em><br><em>typica</em> mentionnées. Néanmoins, la possibilité que cette espèce puisse errer vers des îles de l’océan Indien, et<br>ailleurs, bien au-delà de son aire de répartition habituelle, est clairement mise en évidence par des observations<br>modernes et des spécimens historiques.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217773 Population Viability Analysis for a vulnerable ground-nesting species, the Cape Rockjumper <i>Chaetops frenatus</i>: assessing juvenile mortality as a potential area for conservation management 2021-11-22T18:04:48+00:00 Krista N. Oswald knoswald@gmail.com Alan TK Lee knoswald@gmail.com <p>As an endemic bird to the Fynbos biome, prominently featured in literature and marketing material for the avifauna of the continent, the Cape Rockjumper <em>Chaetops frenatus</em> is an iconic species of South Africa. Building on studies from the past decade, recent publications all point to a vulnerability to climate change due to temperature-related effects on their behaviour, physiology, and life history. Here we present a population viability analysis for the species based on knowledge of recent declines and making use of recently available information on their life history. We combined recent breeding success data (2016–2018) with that of a population monitored approximately two decades ago (1998–2000) and modelled the probability of extinction for four scenarios where the principal change was in juvenile (more accurately, nestling) mortality. We focused on juvenile mortality as there are previously identified areas of vulnerability that present potential areas for mitigation. With juvenile mortality set at the recently recorded rate of 80% there is a 49.1% chance of population extinction within 100 years, despite optimistic adult survival and breeding parameters used in the models. We then provide insights into factors that mediate juvenile mortality as potential avenues for the management of the species.</p> <p><strong>Analyse de la viabilité de la population d’une espèce vulnérable nichant au sol, le Rockjumper du </strong><strong>Cap <em>Chaetops frenatus</em> : évaluation de la mortalité juvénile comme domaine potentiel de gestion </strong><strong>de la conservation.</strong></p> <p>En tant qu’oiseau endémique du biome du Fynbos, figurant en bonne place dans la littérature et le matériel de marketing sur l’avifaune du continent, le Rockjumper du Cap <em>Chaetops frenatus</em> est une espèce emblématique de l’Afrique du Sud. S’appuyant sur les études de la dernière décennie, les publications récentes indiquent toutes une vulnérabilité au changement climatique en raison des effets liés à la température sur leur comportement, leur physiologie et leur cycle de vie. Nous présentons ici une analyse de la viabilité de la population de l’espèce basée sur la connaissance des déclins récents et utilisant les informations récemment disponibles sur leur histoire de vie. Nous avons combiné des données récentes sur le succès de la reproduction (2016–2018) avec celles d’une population suivie il y a environ deux décennies (1998–2000) et nous avons modélisé la probabilité d’extinction pour quatre scénarios où le principal changement était la mortalité des juvéniles (plus précisément, des oisillons). Nous nous sommes concentrés sur la mortalité juvénile car il existe des zones de vulnérabilité identifiées précédemment qui présentent des zones potentielles d’atténuation. Si la mortalité juvénile est fixée au taux de 80% récemment enregistré, le risque d›extinction de la population dans les 100 ans est de 49.1%, malgré les paramètres optimistes de survie et de reproduction des adultes utilisés dans les modèles. Nous fournissons ensuite des informations sur les facteurs qui interviennent dans la mortalité juvénile comme pistes potentielles pour la gestion de l’espèce.</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217774 Gill Memorial Medal citation: David George Allan 2021-11-22T17:43:20+00:00 Andrew Jenkins andrew@avisense.co.za <p>No abstract</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://www.ajol.info/index.php/ostrich/article/view/217775 <b>OBITUARY</b> Carl John Vernon (1938–2021) 2021-11-22T17:47:05+00:00 WRJ Dean wrjdean01@gmail.com <p>No abstract</p> 2021-11-22T00:00:00+00:00 Copyright (c)