PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

The AJOL site is currently undergoing a major upgrade, and there will temporarily be some restrictions to the available functionality.
-- Users will not be able to register or log in during this period.
-- Full text (PDF) downloads of Open Access journal articles will be available as always.
-- Full text (PDF) downloads of subscription based journal articles will NOT be available
We apologise for any inconvenience caused. Please check back soon, as we will revert to usual policy as soon as possible.





Aspects épidémiologique, clinique et anatomopathologique du mélanome CHU Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou (Burkina Faso)

N Korsaga-Somé, N Zongo, E Ouangré, P Tapsoba, MS Ouédraogo, L Ilboudo, A Bassolet, M Sanou, D Djimtibaye, F Barro-Traoré, P Niamba, A Traoré

Abstract


Le mélanome est une tumeur maligne développée aux dépens des mélanocytes. Ses caractéristiques épidémiologiques restent peu étudiées dans les populations africaines. D'où le but de cette étude. Il s'est agit d'une étude rétrospective descriptive de janvier 2009 à décembre 2012 et prospective en 2013. Pour la partie rétrospective, nous avons inclus tous les patients atteints de mélanome confirmé par l'examen  histopathologique et ayant un dossier clinique exploitable. Pour la partie prospective, nous avons inclus tous les cas de mélanomes recensés en 2013. Les variables étudiées étaient les caractéristiques  sociodémographiques, anatomocliniques et thérapeutiques.Au total 19 patients ont été inclus, avec un âge médian de 53,42 et 10 patients de sexe féminin. La durée moyenne d'évolution de la maladie était de 3,7 ans. Les lésions étaient surtout ulcero-bourgeonnantes (13),  hyperpigmentées (15), siégeaient sur les plantes (14) . Le type et  acro-lentigineux était le plus fréquent (13). L'indice de Clarck a été mesuré dans 3 cas, l'indice de Breslow dans aucun cas. Les métastases étaient présentes chez 10 patients. Le traitement était surtout chirurgical. Les 11 patients inclus de manière rétrospective ont été perdus de vue. Un décès était noté parmi les 8 patients inclus de manière prospective.Le retard à la consultation semble être le principal facteur de mauvais pronostic dans notre contexte. Une sensibilisation de la population et du personnel de santé sur les signes précoces de la maladie, permettrait probablement de réduire la morbidité.



http://dx.doi.org/10.11604/pamj.2015.20.220.6351
AJOL African Journals Online