PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

The AJOL site is currently undergoing a major upgrade, and there will temporarily be some restrictions to the available functionality.
-- Users will not be able to register or log in during this period.
-- Full text (PDF) downloads of Open Access journal articles will be available as always.
-- Full text (PDF) downloads of subscription based journal articles will NOT be available
We apologise for any inconvenience caused. Please check back soon, as we will revert to usual policy as soon as possible.





Prévention de la transmission mère-enfant de l’hépatite B

MOM El Agheb, J-D Grange

Abstract


La transmission mère-enfant du virus de l'hépatite B est la principale cause de portage chronique de l'AgHBs. La prévention de cette transmission repose principalement sur la sérovaccination du nouveau-né. En France, le dépistage prénatal de l'AgHBs est obligatoire au sixième mois de la grossesse chez toutes les femmes enceintes. Lorsque la recherche de l'AgHBs est positive chez la mère, le nouveau-né doit recevoir dès sa naissance, par voie intramusculaire et dans deux sites différents, une première injection de vaccin et une injection d'immunoglobulines anti-HBs. La vaccination est ensuite poursuivie selon le protocole recommandé. L'efficacité de la sérovaccination est supérieure à 90%, elle doit être contrôlée chez tous les enfants par un examen sérologique (AgHBs et anticorps anti-HBs) effectué à distance de la dernière injection vaccinale entre 9 et 12 mois après la naissance. Les échecs de la sérovaccination s'observent chez des femmes ayant une charge virale élevées (HBV-DNA >200 000 UI/ml). Chez ces femmes, un traitement antiviral en fin de grossesse et durant le premier mois du postpartum par un analogue nucléosidique ou nucléotidique (lamivudine, telbivudine, ou ténofovir) permet de réduire la fréquence des échecs de la sérovaccination. L'objectif était d' étudier l'efficacité du traitement antiviral associé à la sérovaccination pour la prévention de la transmission mère-enfant du virus de l'hépatite B.Patients et méthodes: il s'agit d'une étude rétrospective incluant toutes les femmes enceintes AgHBS positif suivis en consultation dans le service d'hépato-gastroentérologie de l'Hôpital Tenon de Paris pendant une période allant de 2000 à 2013. Nous avons au cours de la période d'étude trouvé 23 femmes AgHBs positif mères de 37 enfants ont été suivies. Soixante-treize pour cent des femmes incluses étaient d'origine asiatique avec un âge moyen de 27 ans (extrêmes: 19-37 ans). Dans 81% des grossesses les femmes ont été traitées par un analogue nucléo(ti)que (lamivudine ou ténofovir). Parmi elles 68% avaient une charge virale supérieure à 5 logs au début du traitement. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des enfants ont reçu une sérovaccination à la naissance mais seulement 86% d'entre eux avaient un schéma vaccinal complet. Soixante-treize pour cent des enfants ont eu à l'âge de 7 à 12 mois une sérologie de contrôle de la transmission (AgHBs) et de l'efficacité vaccinale (AC anti-HBs). Dans 96% l'immunité obtenue était satisfaisante avec un taux protecteur d'AC anti-HBs. le traitement par la lamivudine ou le ténofovir des femmes porteuses d'une hépatite B chronique avec une charge virale B élevée au 3ème trimestre associé à la sérovaccination du nouveau-né dès la naissance permet une prévention efficace de la transmission verticale du VHB.



http://dx.doi.org/10.11604/pamj.2015.20.316.6193
AJOL African Journals Online