PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Evénements indésirables peropératoire: lecture critique du registre du bloc opératoire de l’hôpital militaire Moulay Ismail Meknès

Hicham Kechna, Omar Ouzzad, Khalid Chkoura, Jaouad Loutid, Moulay Ahmed Hachimi, Mohamed Hanafi

Abstract


Introduction: introduction: malgré les importants progrès qui ont été faits dans le domaine de la sécurité en anesthésie, la morbidité (grave ou non, liée complètement ou partiellement à l’anesthésie) reste cependant fréquente, et aucun praticien n’est aujourd’hui à l’abri d’un accident. Dans le contexte actuel où la priorité est donnée à la formation, à l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, la survenue d’un accident d’anesthésie au bloc opératoire est un événement extrêmement traumatisant. La crainte de poursuite, le contexte émotionnel rendent cette gestion parfois très difficile. Pour cette raison, elle doit faire l’objet d’une codification, à la manière des protocoles de bloc, avec trois grands axes de gestion: le patient victime, le personnel médical et paramédical impliqué et l’analyse de l’incident pour éviter une récidive. Méthodes: dans un but d’améliorer les soins prodigués au bloc opératoire nous avons établi un registre où sont consignés continuellement les différents incidents et accidents survenu soit en salle opératoire ou en salle de surveillance post interventionnelle. Une première lecture a été faite à l’occasion des Journées d'Enseignement Post Universitaire (JEPU) de Fès (Maroc) organisées en partenariat avec les JEPU de la Pitié salpêtrière de Paris à la faculté de Médecine et de Pharmacie de Fès sous le thème: «Les Situations Critiques Au Bloc Opératoire» les 17 et 18 Avril 2015. Résultats: 1761 patients ont été admis aux différentes salles du bloc opératoire dont 96 en salle d’endoscopie et 17 sédations en radiologie. 29 patients (1.64%) ont présentés un incident et/ou un accident en péri opératoire. La plupart des effets indésirables sont survenus en per opératoire (58,6%). Dans 28,6% des cas en postopératoire immédiat ou en salle de surveillance post interventionnelle (SSPI). La plupart des complications survenues sont d’ordre respiratoire (34%) ou cardio vasculaire (31%). On a colligé 5 décès en périopératoire soit une mortalité de 0,28%. La détermination de la cause n’est pas toujours évidente. Le facteur humain serait responsable de 24% des incidents. Conclusion: cette observation illustre les différents événements indésirables survenus depuis la création de ce registre il y a 6 mois. Nous proposons une lecture critique de ce registre dans le seul souci est d’améliorer nos pratiques dans une perspective de renforcer la sécurité anesthésique.

The Pan African Medical Journal 2016;24



http://dx.doi.org/10.11604/pamj.2016.24.178.7648
AJOL African Journals Online