PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Prise en charge des plaies du périnée en post partum: faut-il prescrire systématiquement un antibiotique?

Florent Ymele Fouelifack, Filbert Eko Eko, Claude Odile Vanessa Ebode Ko’A, Jeanne Hortence Fouedjio, Robinson Enow Mbu

Abstract


Introduction: L'intégrité des voies génitales n'est pas toujours respectée au cours de l'accouchement. Aucun protocole de prise en charge des plaies périnéales du post-partum (déchirures et épisiotomies) n'existant dans nos services, la prise en charge reste praticien dépendant. Nous avons entrepris cette étude dans le but d'établir l'intérêt de l'antibiotique dans le traitement des plaies périnéales du post-partum. Notre objectif était d'évaluer l'impact de l'antibioprophylaxie sur le processus de cicatrisation et dans la prévention des complications infectieuses après réparation. Méthodes: Il s'agissait d'une étude de cohorte prospective sur une durée de 6 mois, soit du 1er janvier au 31 mai 2016, menée dans l'Unité de Gynécologie et Obstétriques de l'Hôpital Central de Yaoundé. Deux groupes A et B d'accouchées avec déchirure périnéale et/ou épisiotomie étaient suivies. Le groupe A était composé de 85 accouchées à qui on avait prescrit le protocole compresse imbibée de Bétadine® (placebo). Le groupe B (ou groupe test) était composé d'accouchées qui en plus du placebo, avaient la prescription d'un antibiotique (association 1000mg d'amoxicilline et 125mg d'acide clavulanique à raison de 1000mg 2fois par jour par voie orale pendant 05 jours). Les 2 groupes étaient suivis à J0, J2 et J9. Nos critères d'évaluation de la prise en charge étaient: la douleur, l'infection, la tuméfaction, la propreté de la plaies et le delai de cicatrisation complete. Les données étaient saisies et analysées à l'aide des logiciels Epidata analysis version 3.2 et STATA version 12.0 (Texas USA 2001). Les corrélations entre les variables étaient recherchées selon le cas par le chi carré, l'Odds ratio et avec la valeur de P (significatif pour toute valeur ≤ 0.05). Résultats: La moyenne d'âge était de 26.32 ± 6.5 ans avec des extrêmes de 15 et 43 ans. Les primipares représentaient 55.9% de la population d'étude. La douleur représentait le principal symptôme à J0 post-partum sans prédominance significative d'un groupe (OR = 0.9; IC = 0.14-7.19; P = 1). Les plaies tuméfiées étaient la deuxième plainte sans variation significative dans les deux groupes (OR = 1.69 ; IC = 0.88-3.24 ; P = 0.13). Aucune variation significative n'a été observée à J0, J2 et J9 entre les 2 protocoles en ce qui concerne les indicateurs étudiés : évolution de la douleur, l'infection, la tuméfaction et le délai de cicatrisation. A J9 la guérison était complète dans les deux groupes et les 2 protocoles s'équivalaient au niveau de l'efficacité et la prévention des infections.Conclusion: Au terme de cette étude les deux protocoles étaient équivalents. Nous concluons que pour l'intérêt de l'économie de la santé, il n'est pas utile de prescrire les antibiotiques pour la prise en charge des plaies périnéales.



http://dx.doi.org/10.11604/pamj.2017.28.144.12915
AJOL African Journals Online