Adhérence des prestataires du secteur privé à la politique de prise en charge des cas de paludisme simple à Madagascar

  • Fidiniaina Mamy Randriatsarafara Département de Santé Publique, Faculté de Médecine d’Antananarivo, Madagascar
  • Vatsiharizandry Mandrosovololona Direction de Lutte contre le Paludisme, Ministère de la Santé Publique, Madagascar
  • Jean Claude Andrianirinarison Institut National de Santé Publique et Communautaire-Befelatanana, Antananarivo, Madagascar
  • Antsa Nomenjanahary Rakotondrandriana Direction de Lutte contre le Paludisme, Ministère de la Santé Publique, Madagascar
  • Armand Eugene Randrianarivo-Solofoniaina Institut National de Santé Publique et Communautaire-Befelatanana, Antananarivo, Madagascar
  • Arsène Ratsimbasoa Direction de Lutte contre le Paludisme, Ministère de la Santé Publique, Madagascar
  • Jean de Dieu Marie Rakotomanga Institut National de Santé Publique et Communautaire-Befelatanana, Antananarivo, Madagascar
Keywords: Connaissances; adhérence; paludisme simple; secteur privé

Abstract

Introduction: cette étude se propose d’évaluer l’adhérence des professionnels de santé du secteur privé à l'utilisation du TDR-palu (Test de Diagnostic Rapide-palu) et à la prescription de l’ACT (Artemisinin-based combination therapy) en cas de paludisme simple.

Méthodes: une approche évaluative rétrospective et transversale a été menée en septembre et octobre 2015 auprès de 11 districts sanitaires repartis dans les quatre faciès épidémiologiques existant à Madagascar. Au total, 43 prestataires de soins issus de 39 formations sanitaires privées (FSP) ont été interviewés et visités.

Résultats: les prestataires déclarent avoir lu le manuel de prise en charge du paludisme dans 16,3% des cas (4/43). Seul le quart (25,6%) des prestataires dispose de TDR dans leur bureau. L’ACT a été cité par 83,7% des prestataires comme médicament de première intention pour traiter le paludisme simple. Dans la pratique, 55,6% des prestataires émettent des doutes sur les résultats des TDR. L’utilisation des antipaludéens malgré les résultats négatifs des TDR (38,2%) est plus fréquente chez ceux ayant émis des doutes (p = 0,03). Inversement, malgré un TDR positif, la moitié des prestataires ne prescrit pas d’ACT (50%). La non-participation aux revues périodiques du District sanitaire (p = 0,05) influence négativement l’adhérence aux politiques.

Conclusion: la faible adhérence des prestataires de soin du secteur privé aux directives nationales sur la prise en charge des cas de paludisme simple interpelle sur l’intérêt d’encadrer davantage ce secteur.

Published
2019-02-14
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1937-8688