PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Aspects épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques des ostéosarcomes de l’enfant au CHU Aristide le Dantec de Dakar: à propos de 16 cas

Oumar Ndour, Desire Munyali Alumeti, Mbaye Fall, Aimée Faye Fall, Cheikh Diouf, Ndeye Aby Ndoye, Gabriel Ngom, Mamadou Ndoye

Abstract


Le but de cette étude était de décrire les aspects épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques des ostéosarcomes de l’enfant. Il s’agissait d’une étude rétrospective sur dix ans qui a colligé 16 dossiers d’ostéosarcome pris en charge au service de Chirurgie Pédiatrique de l’hôpital Aristide Le Dantec de Dakar. Les paramètres étudiés étaient le niveau d’instruction et le niveau socioprofessionnel des parents, l’origine géographique, l’âge, le sexe, les antécédents particuliers, le délai de consultation, les motifs de consultation, les signes physiques, les signes radiologiques, la biologie, les modalités thérapeutiques et l’évolution. Tous les patients avaient bénéficié d’un examen anatomopathologique qui a confirmé le diagnostic d’ostéosarcome. Pour la majeure partie de nos patients (58% des cas) les parents avaient un niveau d’instruction bas. L’âge moyen était de 11ans. Une prédominance masculine était retrouvée avec un sex-ratio de 3,25 :1. Le délai de consultation moyen était de 16 mois. Le principal motif de consultation était la tuméfaction (10 cas). Huit patients avaient bénéficié d’un traitement traditionnel. La taille de la tumeur était supérieure à 10cm dans 14 cas. La localisation la plus fréquente était le genou (14 cas). La radiographie standard retrouvait dans 15 cas des images d’ostéolyse. Le bilan d’extension n’avait pas retrouvé de métastases. Les options thérapeutiques étaient dominées par l’amputation seule (43,75% des cas). La survie à 2 ans était de 17%. L’ostéosarcome atteint le plus souvent le garçon après l’âge de 10 ans. Sa prise en charge au Sénégal se heurte à d’énormes difficultés liées au retard diagnostique. La solution repose essentiellement sur une collaboration pluridisciplinaire.

Pan African Medical Journal 2013; 14: 104



AJOL African Journals Online