Les facteurs de mortalité des urgences chirurgicales néonatales dans le service de chirurgie pédiatrique du CHU Gabriel Touré

  • O Coulibaly
  • Y Coulibaly
  • I Amadou
  • M Konate
  • A Coulibaly
  • M Diarra
  • Y Coulibaly
  • M Keita
  • G Diallo
Keywords: Urgences chirurgicales, néonatale, mortalité, Surgical emergencies, neonate, mortality

Abstract

Les urgences chirurgicales sont des affections graves avec une mortalité élevée dans les pays en développement. Cette mortalité varie de 20 à 70% [1]. L’objectif était d’étudier les facteurs ayant influencé la mortalité des urgences chirurgicales néonatales. Il s’agissait d’une étude rétrospective réalisée sur une période de 5 ans du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2014. Elle a porté sur tous les nouveaux- nés de 0 à 21 jours pris en charge pour urgences chirurgicales viscérales au CHU Gabriel Touré. Les urgences neurochirurgicales et traumatologiques n’ont pas été inclues dans l’étude. Nous avons enregistré, en guise de résultats, 4079 hospitalisations en néonatologie parmi lesquelles 357 cas d’urgences chirurgicales. Ce qui a représenté 8,7 %. L’effectif comprenait 212 garçons et 145 filles. Le sex-ratio était de 1,46. L’âge moyen des patients était de 5,7 ± 0,5 jours (extrêmes : 2 h et 21 jours). Le délai moyen de consultation était de 5,4 jours (extrêmes : 2 h et 21 jours). L’atrésie de l’oesophage et le laparoschisis avaient des taux de mortalité respectifs de 91 et 100%. Une pathologie associée était notée chez 50,4% de nos patients.

La colostomie était la méthode chirurgicale la plus fréquente. La mortalité post-opératoire était de 42,3%. Les facteurs incriminés à la mortalité étaient l’âge, l’hypotrophie, la présence de malformations associées, la situation socio-économique des parents, leur niveau de scolarisation et la survenue de complications post-opératoires (p < 0.05). Le sexe et le délai de prise en charge n’étaient pas déterminants. En somme, la mortalité des urgences  chirurgicales néonatales dans notre pays reste très élevée et multifactorielle.

Mots-clés: Urgences chirurgicales, néonatale, mortalité

English Abstract

Surgical neonatal emergencies have grave consequences with a high mortality rate in developing countries. This mortality varies from 20 to 70% [1]. All this was about studying the factors influencing the mortality of surgical neonatal emergencies. It was a retrospective study done during 5 years from January, 1st 2010 to December 31th 2014. It includes all new-borns aged from 0-21 days admitted in surgical emergencies of Gabriel Touré teaching hospital. Neurosurgical and trauma emergencies were not included in the study. As results, we had 4079 new-borns admitted in neonatology among which 357 were cases of surgical emergencies (8.7%). There were 212 boys and 145 girls. Sexratio was 1.46. Mean age was 5.7±0.5 days. Mean time limit of consultation was 5.4 days. The most lethal diseases were oesophageal atresia and gastroschisis with mortality rates of 91 and 100% respectively. An associated disease was noted in 50.4%. Colostomy was the most frequent surgical intervention. Postoperative mortality rate was 42.3%. This mortality rate was influenced by patient’s age, underweight, presence of associated malformations, parent’s socio-economic conditions and education level; and post-operative complications (p< 0.05). Patients’ sex, consultation delay was not significant. To conclude, the rate of mortality of surgical neonatal emergencies in our country remains high and multifactorial.

Keywords: Surgical emergencies, neonate, mortality

Published
2017-01-11
Section
Original Paper

Journal Identifiers


eISSN: 1997-3756
print ISSN: 1997-3756