Aspects épidémiologiques, cliniques et échocardiographiques des cardiopathies congénitales chez les nouveaux nés et nourrissons à l’Hôpital Général de Douala

  • Félicité Kamdem
  • Jaff Kweban Fenkeu
  • Danielle Kedy Koum Mangamba
  • Diomède Noukeu
  • Mélanie Yemdji
  • Esther Barla
  • Esther Barla
  • Christophe Akazong
  • Sidick Mouliom
  • Samuel Kingue
Keywords: cardiopathies congénitales, nouveaux nés, nourrissons, Douala

Abstract

Introduction : les cardiopathies congénitales sont responsables de 3% de décès infantile dans le monde. Elles constituent la principale malformation humaine et sont encore sous diagnostiquées en Afrique. Leurs conséquences sont dramatiques, avec un taux élevé de morbidité et de mortalité. L’objectif de notre étude était d’évaluer les aspects épidémiologiques, cliniques et échocardiographiques des cardiopathies congénitales chez les nouveaux nés et nourrissons à l’Hôpital Général de Douala. Méthodologie : nous avons mené une étude descriptive, transversale et rétrospective portant sur 283 dossiers des nouveaux nés et nourrissons reçus à l’Unité de Cardiologie de l’Hôpital Général de Douala sur une période de dix ans de janvier 2006 à décembre 2015. Les données recherchées comprenaient l’âge, le sexe, les antécédents de prématurité, petit poids de naissance, symptômes et signes cliniques présentés, le diagnostic échocardiographique. Les différences ont été considérées comme significatives pour p<0,05. Résultats : Sur les 283 participants, l’âge moyen était de 120 jours et 17,1 % de la population était des nouveaux nés. Le souffle cardiaque était le signe le plus représenté 60%, suivi de la cyanose 14,9% et 92% de la population ne présentait aucun symptôme. Les cardiopathies avec shunt gauche-droit représentaient 56% et leur taux était significativement plus élevée chez les nouveaux nés (p=0,008). De même, le nombre de transposition des gros vaisseaux était significativement plus élevé chez les nouveaux nés (4,3% vs 0% ; p=0,029). La communication interventriculaire, la sténose pulmonaire, le canal artériel persistant et la communication interauriculaire étaient les cardiopathies les plus fréquentes avec des taux respectifs de 32,7% ; 23,6% ; 16% et 14,5%. Conclusion : Les cardiopathies congénitales sont présentes au Cameroun. Leur recherche chez les nouveaux nés et les nourrissons devant des signes d’appel reste un moyen efficace pour réduire la morbi-mortalité.

Mots clés : cardiopathies congénitales, nouveaux nés, nourrissons, Douala

 

English Title: Epidemiological, clinical and echocardiographic aspects of heart disease births in newborns and infants at the General Hospital of Douala

 

Introduction: congenital heart disease is responsible for 3% of infant deaths worldwide. They constitute the main human malformation and are still under diagnosed in Africa. Their consequences are dramatic, with a high rate of morbidity and mortality. The objective of our study was to assess the epidemiological, clinical and echocardiographic aspects of congenital heart disease in newborns and infants at the Douala General Hospital.

Methodology: we conducted a descriptive, cross sectional and retrospective study on 283 files of newborns and infants received at the Cardiology Unit of the Douala General Hospital over a ten-year period from January 2006 to December 2015. The data searched included age, gender, history of prematurity, low birth weight, symptoms and clinical signs presented, echocardiographic diagnosis. The differences were considered significant for p <0.05.

Results: Of the 283 participants, the average age was 120 days and 17.1% of the population was newborn. Heart murmur was the most represented sign 60%, followed by cyanosis 14.9% and 92% of the population had no symptoms. Heart disease with left-to-right shunt represented 56% and its rate was significantly higher in newborns (p = 0.008). Likewise, the number of transpositions of large vessels was significantly higher in newborns (4.3% vs 0%; p = 0.029). Interventricular communication, pulmonary stenosis, persistent arterial canal and interauricular communication were the most frequent heart diseases with respective rates of 32.7%; 23.6%; 16% and 14.5%.

Conclusion: Congenital heart diseases are present in Cameroon. Their search for newborns and infants in the presence of warning signs remains an effective way to reduce morbidity and mortality.

Keywords: congenital heart disease, newborns, infants, Douala

Published
2020-01-13
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2410-8936
print ISSN: 2226-2903