Attitudes towards instruction in the local language – a case study of the perspectives of the ‘small stakeholder’

  • A Awedoba

Abstract

While Ghanaian educational policy has prescribed local languages as media of instruction for at least the first three years of basic education, in many cases the policy is in abeyance. Attitudes to local languages and doubts about their educational value seem to account for this. The case of the Kasem language is illustrative. Until perceptions and attitudes to local languages change the benefits that can accrue to the use of the mother tongue as instructional medium will elude Ghanaians. As the negative attitudes stem from misinformation, attitudes can be changed for the better with correct information and a clearer demonstration of the educational gains that can result when pupils are taught in
their own mother tongues.

Résumé
Si la politique pédagogique ghanéenne prescrit les langues nationales comme moyen d’instruction pour au moins les trois premières années de
l’enseignement primaire, il n’en demeure pas vrai qu’elle n’est pas  souvent en vigueur. L'attitude envers les langues nationales ainsi que les doutes sur leur valeur pédagogique sont responsables de cet état de choses. Le cas de la langue « kasem » sert à l’illustrer. Aussi longtemps que l’opinion publique et le comportement à l’égard des langues nationales resteront inchangés et défavorables, les bénéfices que peuvent tirer les Ghanéens de l'usage de la langue maternelle comme véhicule de l’enseignement seront chimériques. Dans la mesure où ces réflexes négatifs sont fonction de la désinformation et des préjugés, la disposition d’esprit ne s’améliorera qu’au moyen d’informations exactes et d’une démonstration plus transparente des avantages pédagogiques que  peuvent tirer les apprenants de l’enseignement donné dans leurs propres
langues maternelles.

Journal Identifiers


eISSN: 0855-4412
print ISSN: 0855-4412