Pratiques agricoles et perceptions paysannes des impacts environnementaux de la cotonculture dans la province de la KOMPIENGA (Burkina Faso)

  • A Gomgnimbou
  • P Savadogo
  • A Nianogo
  • J Millogo-Rasolodimby

Abstract

La dégradation des écosystèmes et d’une manière générale de l’environnement au Burkina Faso est liée aux facteurs anthropiques, notamment les activités agricoles. L’objectif de cette étude est de mettre en exergue les pratiques agricoles, les perceptions paysannes des impacts environnementaux et les risques de dégradation des ressources naturelles dans la zone cotonnière de l’Est (Province de la Kompienga). Par le biais (i) d’une enquête auprès d’un échantillon de 60 Unités de Production Cotonnière (UPC), (ii) des interviews semi structurées avec des maraîchers (12), des apiculteurs (15), des pêcheurs (29), des éleveurs (54) et des membres de comités villageois de gestion des forêts (23), (iii) et des investigations sur les pratiques agricoles, l’étude a été conduite. Les résultats ont révélé une pression foncière dans la zone avec pour corollaire un abandon des techniques de conservation et de restauration des sols. L’usage des fertilisants organiques est peu répandu. L’étude a révélé que 8 types de rotations culturales sont pratiquées dans la zone. Le type de rotation culturale coton-céréales-coton est pratiqué par 63% des cotonculteurs. Les perceptions paysannes sur la dégradation des ressources végétales, les risques encourus par l’écologie apicole ainsi que des effets négatifs des fertilisants chimiques sur l’eau et les sols sont diversement appréciés. Face à cette situation, il est urgent pour les producteurs de coton d’utiliser les engrais organiques et d’adopter des techniques de conservation et de restauration des sols pour préserver l’exploitation durable des ressources naturelles de la zone.

Mots-clés : Culture de coton; Pratiques agricoles; Pression foncière; Risque de dégradation de l’environnement; Burkina Faso.

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1812-0741