PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Sciences & Nature

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Premières données sur la pêche crevettière du fleuve Bandama (Côte d’Ivoire) : Acteurs et Engins de pêche

GFDH Boguhe, G Goore Bi, KG N'Zi, SS Yao, EP Kouamelan, NJ Kouassi

Abstract


La pêche crevettière sur le fleuve Bandama (Côte d’Ivoire, Afrique de l’Ouest) est de type artisanal. Dans la localité de Taabo, elle est dominée par les ivoiriens (64 %) majoritairement représentés par l’ethnie Souamlin (56 %). Par contre, à Pacobo, les pêcheurs Maliens (78 %) ont le monopole de cette pêche. Parmi eux, les Bozos (29%) sont les plus représentés. Au niveau des ivoiriens, la pêche est surtout pratiquée par les adultes (65 %) dont l’âge varie entre 30 et 45 ans et les vieux de plus de 45 ans (33 %). Ces acteurs sont des pêcheurs-agriculteurs. Au sein de la communauté étrangère, les jeunes de moins de 30 ans (25 %), les adultes (29 %) et les vieux (46 %) sont associés dans l’activité de pêche. Cette communauté est composée de pêcheurs professionnels. Cependant parmi eux, 17,86 % et 45,45 % des pêcheurs respectivement de Taabo et de Pacobo, s’adonnent à d’autres activités (agriculture, élevage et petits commerces) en plus de la pêche. Les mailles des nasses en dessous des normes règlementaires, l’analphabétisme des acteurs étrangers, ainsi que les flux migratoires incontrôlés vers les villages riverains, sont une entrave pour une gestion durable des ressources crevettières.

Mots-clés : Pêche artisanale, crevettes, gestion durable, fleuve Bandama, Côte d’Ivoire.




AJOL African Journals Online