Analgesic and antipyretic evaluation of a crude aqueousalcoholic extract of Dichrostachys cinerea root bark

  • Amenan Geneviève N'Guessan-Irié
  • Kouakou Etienne Effo
  • Sylvain Landry Kouakou
  • Kadio Brou Donald Koua
  • Ayoman Thierry Lenoir Djadji
  • N'Golo Diarrassouba
  • Léandre Ahoné Aka
  • N'Doua Gisèle Siransy-Kouakou
Keywords: Dichrostachys cinerea, writhing test, tail-immersion test, brewer's yeast, turpentine essential oil, analgesic activity, antipyretic activity, Test de contorsions, Immersion de la queue, Levure de bière, Huile de térébenthine, activité analgésique, activité antipyrétique

Abstract

Root bark of Dichrostachys cinerea is widely used in Ivorian folk, especially for treatment of asthma. Previously, a spasmolytic property was highlighted with a crude aqueous-alcoholic extract of the plant. The current study aimed to evaluate analgesic and antipyretic activities of the same plant extract. Analgesic activity was assessed in mice by acetic acid-induced writhes and tail-immersion test, while antipyretic activity was measured in rats on pyrexia induced either by an aqueous suspension of brewer's yeast 20% or by turpentine essential oil. At 10, 100, and 1000 mg/kg b.wt., the extract inhibited the abdominal contortions by 47%, 50% and 68% respectively in comparison with Acetaminophen, Nefopam and Acetylsalicylic acid, but it does not exert any effect against the pain engendered by the warm water at 50 to 60 °C temperature, in comparison with Morphine. None of the same doses of the extract reduced pyrexia induced by turpentine essential oil. However, only the highest dose of the extract reduced rectal pyrexia induced by brewer's yeast by 67.53%, 82.71% and 58.33% 2, 3 and 4 hours respectively after administration. The crude aqueous-alcoholic extract of Dichrostachys cinerea root bark, at doses that exerted a non-morphine-type analgesic effect, appears to have no antipyretic activity, suggesting a pure analgesic property that could present an interest in the therapeutic coverage of asthma.

Résumé
L'écorce de racines de Dichrostachys cinerea est largement utilisée en médecine Traditionnelle Ivoirienne, en particulier pour le traitement de l'asthme. Précédemment il a été mis en évidence une propriété spasmolytique d'un extrait brut hydro-alcoolique de cette drogue végétale. Les présentes investigations avaient pour objectif d'évaluer les activités analgésique et antipyrétique du même extrait végétal. L'activité analgésique a été évaluée chez les souris par les tests de contorsions abdominales induites par l'acide acétique et de l'immersion de la queue dans l'eau tiède, pendant que l'activité antipyrétique a été mesurée chez les rats sur l'hyperthermie induite soit par une suspension aqueuse de levure de bière à 20%, ou par l'huile essentielle de térébenthine. Aux doses de 10, 100, et 1000 mg/kg pc, l'extrait a inhibé les contorsions abdominales à hauteur de 47%, 50% et 68% respectivement en comparaison avec le paracétamol, le néfopam et l'acide acétylsalicylique, mais il n'a pas exercé d'effet sur la douleur engendrée par l'eau tiède à la température de 50 à 60 °C, en comparaison avec la morphine. Aucune de ces mêmes doses de l'extrait n'a réduit l'hyperthermie induite par l'huile essentielle de térébenthine. Toutefois, seule la plus forte dose de l'extrait a réduit l'hyperthermie rectale induite par la levure de bière à hauteur de 67,53%, 82,71% et 58,33% 2, 3 et 4 heures respectivement après administration. L'extrait brut hydro-alcoolique de l'écorce de racines de Dichrostachys cinerea, aux doses ayant exercé un effet analgésique non morphinique, apparaît ne pas posséder d'effet antipyrétique, suggérant une propriété analgésique pure qui pourrait présenter un intérêt dans la prise en charge thérapeutique de l'asthme.

Published
2021-03-18
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 0303-691X