PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Africa Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Pour une meilleure intégration des institutions informelles dans les stratégies de développement en Afrique : une approche néo-institutionnelle

Brahim El Morchid

Abstract


Dans le souci d’améliorer leurs résultats économiques et de construire des  stratégies de développement, la plupart des pays africains se sont engagés dans un processus de réformes économiques et politiques, et ce, depuis le début des années 1980. Ces réformes, de type libéral, n’ont pas eu les effets positifs escomptés, car trop étroitement focalisées sur les mécanismes de marché. Et elles ont été décidées et mises en application sans tenir compte des contraintes et des réalités locales alors qu’elles devaient être le résultat d’un long processus qui tient compte des structures locales, des mentalités, des habitudes comportementales, des  croyances culturelles et religieuses, des normes coutumières, etc. A travers un exercice pratique de rapprochement entre les contraintes informelles et les  contraintes formelles, nous montrerons que les rares pays africains qui ont réalisé des résultats économiques satisfaisants sont ceux qui ont relativement réussi à intégrer les normes des institutions informelles dans leurs stratégies de développement. Il s’agit en particulier du Botswana, du Ghana, de l’Afrique du Sud et du Maroc. Les arguments avancés serviront, peut-être, comme base à l’élaboration d’un modèle de développement inclusif et durable pour le continent africain.

 

In order to improve their economic performance and build development strategies, most African countries have embarked on a  process of economic and political reform since the early 1980s. These liberal reforms have not had the expected positive effects because they focused too closely on market mechanisms. And they were decided and implemented without taking into account  local constraints and realities while they should be the result of a long process that considers local structures, mentalities,  behavioral habits, cultural and religious beliefs, customary norms, etc. Through a practical exercise of comparison between  informal constraints and formal constraints, we will show that the few African countries which have achieved  satisfactory  economic results are those that have relatively succeeded in  integrating the norms of informal institutions into their development strategies. They include Botswana, Ghana, South Africa and Morocco. Arguments put forward may serve as a basis for the development of an inclusive and sustainable development model for the African continent.

 




AJOL African Journals Online