PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Africa Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



La gouvernance de la sécurité au Mali : entre libéralisation et/ou privatisation des offres de sécurité et quête de sécurité humaine en question

Naffet Keïta

Abstract


Il sera question d’identifier, de décrire et d’analyser les stratégies esquissées en vue du renforcement des mécanismes de contrôle social et public d’édiction de la sécurité dans les États en crise ou en phase de sortie de crise grave, tel le Mali. Après avoir examiné les transformations/mutations de la gouvernance de la sécurité dans ce pays, nous montrons que certaines configurations institutionnelles en vogue dans les États « forts » peuvent ne pas être transposées dans un contexte d’« État en reconstruction », où les institutions étatiques en charge de la sécurité sont encore bien défaillantes avec des capacités de projection plus que limitées. Le prétexte du foisonnement récent des sociétés de surveillance et de gardiennage semble assez heuristique pour décoder un pan entier de l’économie de la gouvernance du secteur de la sécurité. Nous identifions, enfin, de nouveaux mécanismes de gouvernance de la sécurité qui rendent envisageable le principe de sécurité humaine dans cet État.

English Abstract

This article identifies, describes and analyzes the strategies put in place to strengthen the social and public control mechanisms for the enactment of security in states in crisis or almost out of a serious crisis such as Mali. After examining the transformations/changes of security governance in this country, the article shows that some current institutional structures in the ‘strong’ states may not be applied to a ‘State in reconstruction’, where the institutions state security officials are still inadequate. The pretext of the recent surge of security companies seems to be heuristic enough to transpose a large part of the economy of security sector governance. Finally, this article identifies new security governance mechanisms that would make the principle of human security possible in this state.




AJOL African Journals Online