Autorités traditionnelles, multipartisme et gouvernance démocratique au Cameroun

  • Ibrahim Mouiche Département de Science politique, Université de Yaoundé II, Cameroon

Abstract

Cette étude part du constat suivant lequel les chefferies traditionnelles constituent le cadre naturel de mobilisation des masses pour les actions de développement en milieu rural. Elle s'interroge sur le militantisme politique des chefs (notamment sur le soutien qu'ils apportent au parti au pouvoir en ce temps de multipartisme au Cameroun), sur leur incursion dans les arènes électorales et constate que cet opportunisme ne conduit qu'à l'affaiblissement de leur position, au dysfonctionnement des chefferies et même plus grave, à la criminalisation de la politique. Elle pose alors comme gage d'une bonne gouvernance, la neutralité politique des chefs qui ne signifie nullement départicipation politique. Et parce que ceux-ci seront neutres, ils gagneront en dignité et la cohésion des chefferies renforcée. Avec une telle caution morale, les chefs constitueront un vecteur de mobilisation plutôt que de division et ne seront nullement exposés à l'indocilité de leurs populations. Ce faisant, ils imprimeront dans leurs chefferies une dynamique de développement en leurs qualités d'administrateurs de la brousse.

Africa Development Vol. 30(4) 2005: 221–249
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 0850-3907