La suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels au Cameroun : analyse de la bifurcation de la trajectoire d’une politique institutionnelle

  • A Tchoupie

Abstract

Cette étude procède à la mobilisation des cadres théoriques et méthodologiques de l’analyse des politiques publiques et du  néoinstitutionnalisme (et plus particulièrement des néo-institutionnalismes
historiques et du choix rationnel) pour examiner comment s’est réalisée au Cameroun l’inversion du sens d’évolution d’une politique institutionnelle qui n’a connu aucune mise en oeuvre susceptible de révéler ses faiblesses et de justifier la nécessité de sa réadaptation. Elle révèle que la révision constitutionnelle qui a consacré la restauration d’une perpétuelle rééligibilité du président de la République ici a suivi un cheminement marqué par la prégnance des interactions stratégiques entre des acteurs qui se sont trouvés configurés de manière dynamique sur l’arène du jeu autour de la bifurcation de la trajectoire de la politique
camerounaise en matière du nombre de mandats présidentiels suivant la désirabilité ou la non désirabilité de cette bifurcation. Et face à cette situation, les autorités étatiques ont mobilisé une diversité de ressources pour faire prévaloir leur perception de la réalité. L’étude débouche donc sur la conclusion suivant laquelle loin d’être donné, le maintien ou alors le changement de la trajectoire des institutions mises en place en Afrique pendant la « troisième vague de démocratisation » se trouve au centre des luttes politiques et est largement tributaire du degré de satisfaction que chacune d’elles apporte aux différentes parties prenantes au jeu sociopolitique.

This study uses the theoretical and methodological frameworks of the analysis of public policies and neo-institutionalism (in particular historical institutionalisms and rational choice) to investigate the manner in which the reversal of the evolution trend of institutional policy in Cameroon without revealing its weaknesses and justifying the necessity of its re-adaptation. The study demonstrates that the constitutional revision which ushered in the reinstatement of a perpetual re-eligibility of the President of the Republic here in Cameroon has taken a path characterized by the predominance of strategic interactions between stakeholders who are dynamically active in and around the political arena while working for the desired or not desired shift of trajectory of Cameroonian politic. To confront this situation, state authorities have mobilized various resources to ensure the preeminence of their perception of the reality. The study concludes by positing that the issue of keeping or shifting institutions’ trajectories, as set in place in Africa during the ‘third wave of democratisation’, is at the center of political struggles, and determines to a large extent the degree of satisfaction which they bring to different stakeholders in the sociopolitical game.

Article text in French.

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 0850-7902