PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Journal of Neurological Sciences

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Etude comparee des aspects cliniques et electromyographiques des polyradiculoneuropathies inflammatoires demyeliisantes chronique diopathiques entre les diabetiques et les non diabetiques

D Gnonlonfoun, KC Adjien, TA Adoukonou, G Goudjinou, G Gallouedec, M Khalil, L Magy, DS Houinato, DG Avode, J Vallat

Abstract


Description Les polyradiculoneuropathies inflammatoires démyélinisantes chroniques (PIDC) sont fréquentes chez le patient diabétique, environ 18,9%. Peu d’études ont comparé les PIDC entre diabétiques et non diabétiques. Objectif Etudier les PIDC chez les diabétiques et non diabétiques

Méthodologie Cette étude descriptive portait sur 47 patients dont 21 diabétiques et 26 non diabétiques ayant une PIDC admis dans le laboratoire de neurophysiologie du CHU de Limoges de janvier 2006 à Juin 2008. Le diagnostic des PIDC était porté sur les critères électrophysiologiques INCAT et de latence distale supérieure à 9ms. Résultat La comparaison sur le plan clinique permet de constater qu’il n’y avait pas de différence entre les deux populations pour ce qui concerne l’âge, le sexe, l’existence de déficit moteur, de troubles sensitifs objectifs (p>0,05). En revanche, les diabétiques présentaient plus de douleurs que les non diabétiques (p=0,006). Sur le plan électrophysiologique, il existe plus de blocs de conduction chez les non diabétiques (88,5%). que chez les diabétiques (47,6 %) p=0,002. Au niveau du nerf médian, les diabétiques présentaient moins d’allongement de latence distale (27,8%) que les non diabétiques (47,4%) p=0,01. Une étude comparative des moyennes permet d’observer que les sujets non diabétiques ont une onde F plus allongée sur le médian (41,2ms), le cubital (40.6ms) et le SPE (65,8ms) que les diabétiques. La réduction de la vitesse de conduction motrice est plus importante chez le non diabétique sur le nerf cubital (34,3m/sec).

Conclusion Ces résultats montrent que les diabétiques peuvent présenter des PIDC mais avec des aspects cliniques et
physiologiques différents des non diabétiques.

 




AJOL African Journals Online