PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Annales des Sciences Agronomiques

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

La gestion dynamique des varietes d’ignames dans le systeme traditionnel de production de deux sousprefectures du benin : sinende et banté

S Tostain, NM Baco, FK Okry, RL Mongbo, C Agbangla, O Daïnou

Abstract


Les origines de la diversité variétale des ignames et le maintien de cette diversité ont été étudiés dans 240 exploitations du Bénin réparties dans huit terroirs, 150 ans l’aire culturelle Bariba (sous-préfecture de Sinendé de juin à octobre 1999) et 90 dans l’aire Nagot (sous-préfecture de Banté, de juin à octobre 2000). La diversité variétale observée est importante avec 109 variétés du complexe D. cayenensis -D. rotundata. Trois variétés seulement sont communes aux deux sous-préfectures. Les variétés de Sinendé sont divisées en trois groupes : (1) les «Yassounou» ou ignames tardives (58 %), (2) les «tan dwe» ou ignames précoces à deux récoltes dans l’année (29 % variétés), (3) les variétés «mixtes» (13 %). Les
ignames précoces sont plus nombreuses que les ignames tardives à Banté
(respectivement 76 % et 11 %). Dans les deux sous-préfectures, la plus grande partie de la production est assurée par un faible nombre de variétés : la variété précoce «Moroko» à Sinendé (environ 20 % des buttes) et les variétés tardives de type Kokoro à Banté (43 % des buttes). Le nombre de variétés dites locales est plus important à Sinendé (85 % contre seulement 30 % à Banté). Sur une superficie moyenne de 1,25 ha, les exploitants des 5 terroirs de  Sinendé cultivent environ 12 variétés contre 9 à Banté sur la moitié de la superficie. Dix huit variétés sur 72 sont endémiques à Sinendé (14 des 37 variétés de Banté). Les différences observées entre les terroirs des deux sous-préfectures sont
importantes et reflètent différentes stratégies de production et des savoir-faire endogènes qui peuvent être mis à profit pour choisir une méthode de conservation des ressources génétiques à la ferme.

 

The origins and the conservation of the varietal diversity of yam were studied in the Bariba and Nagot cultural areas (from June to October 1999 and from June to October 2000 respectively). The investigation was carried out on 240 exploitations and eight villages (150 in five villages of the Sinendé sub-prefecture (Bariba) and 90 in three villages of the Banté sub-prefecture (Nagot)). Varietal diversity observed is important, with 109 varieties of D. cayenensis - D. rotundata. Only three varieties are common to both sub-prefectures. In Sinendé, the varieties are divided into three
groups : (1) 42 "yassounou" or late yams, (2) 21 "tan dwe" or early yams,
(3) 9 "mixed" varieties. 28 varieties are early at Banté. 30 % are local varieties in Banté and 85 % in Sinendé. In the two sub-prefectures, a few varieties are important: the early variety "Moroko" in Sinendé  approximately 20 % of the mounds) and the late varieties of Kokoro type in Banté (43 % of the mounds). On an average surface of 1,25 ha, the farmers of Sinendé cultivate approximately 12 varieties against 9 in Banté. In Sinendé, 18 varieties are endemic (25 %) while in Banté, 14 of the 37 varieties are endemic (38 %). The differences observed in the management of varietal diversity in Sinendé and Banté are important and reflect different knowledge endogenous, which can be made
profitable to choose a strategy of conservation of the genetic resources to the farm.




http://dx.doi.org/10.4314/asab.v3i2.43383
AJOL African Journals Online