PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

The AJOL site is currently undergoing a major upgrade, and there will temporarily be some restrictions to the available functionality.
-- Users will not be able to register or log in during this period.
-- Full text (PDF) downloads of Open Access journal articles will be available as always.
-- Full text (PDF) downloads of subscription based journal articles will NOT be available
We apologise for any inconvenience caused. Please check back soon, as we will revert to usual policy as soon as possible.





Evolution de la résistance aux antibiotiques des entérobactéries isolées à l’Hôpital Général de Douala de 2005 à 2012

CO Ebongue, MD Tsiazok, JPN Mefo’o, GP Ngaba, G Beyiha, D Adiogo

Abstract


Introduction: cette étude vise à déterminer le profil de résistance aux antibiotiques des entérobactéries isolées à l'Hôpital Général de Douala (Cameroun) et analyser leur évolution dans le temps.

 Méthodes: étude rétrospective, sur une période de huit ans (2005 - 2012), portant sur l'ensemble des souches d'entérobactéries isolées chez les malades ambulatoires et hospitalisés. Les prélèvements ont été analysés au laboratoire de bactériologie de l'Hôpital Général de Douala.

 Résultats: les entérobactéries étaient les germes les plus fréquents sur l'ensemble des souches isolées. Nous avons noté une prédominance d'Escherichia coli (48,5%) et de Klebsiella pneumoniae (32,8%). Pendant la période d'étude, nous avons observé des taux de résistance élevés aux principales classes d'antibiotiques, et une augmentation entre 2005 et 2012 de 29,1% à 51,6% pour les céphalosporines de troisième génération, de 29,2% à 44% pour la ciprofloxacine. L'imipénème, l'amikacine et la fosfomycine étaient les molécules les plus actives avec respectivement 1,3%, 12,9% et 13,4% des souches d'entérobactéries résistantes.

 Conclusion: l'évolution des résistances des entérobactéries aux antibiotiques est un phénomène réel dans la ville de Douala. Il expose à des difficultés de prise en charge thérapeutique des infections. Lamaitrise actuelle de ce phénomène est une véritable urgence et nécessite une implication des pouvoirs publics. Des tests spécifiques de recherche des bétalactamases à spectre élargi (BLSE) et AmpC doivent être mis en place dans nos laboratoires afin de mettre en évidence les différents phénotypes de résistances.




AJOL African Journals Online