PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

African Journal of Urology

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



NEOADJUVANT RADIOTHERAPY FOR BLADDER CARCINOMA IN EGYPT PRELIMINARY STUDY ON 56 PATIENTS

M. SHERIF MOURAD, A. YOUSEF, M. GUIRGIS, A. NOWEIR, M. HATEM ELBIALY

Abstract


Objective To evaluate the impact of preoperative accelerated hyperfractionated radiotherapy in the management of bladder carcinoma in Egyptian patients.


Patients and Methods Between December 1996 and February 2000, 104 Egyptian patients with pathologically proven infiltrative bladder carcinoma were enrolled in this prospective study. Patients with all pathological subtypes, non-metastatic disease, clinical stage T2-T4, and medically operable were eligible for this study. A total preoperative dose of 45 Gy was given in an overall time of 3 weeks, 1.5 Gy/fraction, 2 fractions/day with an interval of 6 hours in between, 5 days/week. Three weeks later, this was followed by radical cystectomy with pelvic node dissection. The clinical radiation response of the tumor was evaluated by C.T. scan done before irradiation and just before surgery. Only 56 patients completed this treatment program. The median follow-up was 26 months, ranging from 9 to 32 months.


Results The actuarial 2-year disease-free survival (DFS) of the 56 patients was 63.9%, with 50% of failures due to pelvic recurrences. The univariate analysis revealed that only lymph node infiltration and pathological staging correlated significantly with DFS. There was a marginal insignificant improvement of DFS among patients who showed an increased tumor regression after radiotherapy. The multivariate analysis using the Cox model showed that lymph node affection is the only significant predictor for DFS. Other factors including age, sex, cell type, bilharzial infestation and clinical radiation response did not show a significant importance regarding the DFS. Minimal acute radiation toxicity with no late tissue reaction was observed among the whole group of patients. No increased operative difficulty related to irradiation nor an increased postoperative morbidity was found.


Conclusion The potential biological advantage of this preoperative radiation schedule (in terms of a shorter overall duration of treatment, a shorter preoperative treatment period, a lower dose per fraction and an overall dose equivalent to conventional fractionation), aiming at an increased tumor regression and a decrease of late normal tissue reaction with its impact on DFS, remains to be further investigated with a larger number of patients and a longer follow-up.

La Radiothérapie Néo-Adjuvante dans le Carcinome de la Vessie en Egypte Etude Préliminaire de 56 Patients


Objectifs Evaluer l'impact de la radiothérapie pré-opératoire fractionnée par accélérateurs dans la prise en charge du carcinome vésical chez les patients égyptiens.


Patients et Méthodes De décembre 1996 à février 2000, 104 patients égyptiens présentant un carcinome infiltrant de la vessie histologiquement prouvé ont été inclus dans cette étude prospective. Les patients de tous sous-types histologiques, présentant des tumeurs non métastatiques, aux stades cliniques T2-T4 et médicale-ment opérables ont été éligibles pour cette étude. Une dose totale pré-opératoire de 45 Gy a été délivrée en trois semaines à raison de 1,5 Gy/fraction, 2 fractions/jour avec un intervalle de 6 heures entre les séances et 5 fois /semaine. Une cystectomie radicale avec lymphadénectomie a été réalisée trois semaines après la radiothérapie. La réponse clinique de l'irradiation a été évaluée par tomoden-sitométrie faite juste avant la radiothérapie et reprise juste avant la chirurgie. Seuls 56 patients ont suivi complètement ce protocole thérapeutique. Le délai moyen de suivi était de 26 mois avec des extrêmes de 9 et 32 mois.


Résultats : La survie actuarielle sans maladie à 2 ans pour les 56 patients était de 63.9 %, dont 50% d'échec due à une récidive pelvienne. L'analyse uni-variée a montré que seule l'envahissement ganglionnaire et le grade histologique étaient significativement corrélés à une survie sans maladie. Il y'avait une amélioration marginale non significative chez les patients qui avaient montré une régression tumorale importante après la radiothérapie. L'analyse multi-variée utilisant le Modèle de Cox a montré que l'envahissement ganglionnaire était le seul facteur prédictif significatif de guérison. Les autres facteurs incluant l'âge, le sexe, le type cellulaire, l'infestation bilharzienne et la réponse clinique à la radiothérapie n'avaient pas d'importance significative quant à la guérison. Une toxicité radique aiguë sans réaction tissulaire tardive a été observée chez tous les patients. Il n'y avait ni majoration de la difficulté opératoire ni de morbidité post-opératoire.


Conclusion Les avantages biologiques potentiels de ce protocole de radiothérapie pré-opératoire (en terme de raccourcissement de la durée globale du traitement, une dose plus réduite par fraction pour une dose globale équivalente au fractionnement conventionnel), visant à obtenir une réduction tumorale importante et une diminution des réaction tissulaires tardives et son impact sur la guérison nécessitent une évaluation plus approfondie avec un nombre plus important de patients et un suivi plus prolongé.



African Journal of Urology Vol.8(3) 2002: 104-112




AJOL African Journals Online