Potential and Constraints to the Adoption of Water Harvesting Technologies in Traditional Economies

  • Ajaga Nji
  • Mathias Fru Fonteh

Abstract

This paper assesses the potential for Water Harvesting Technologies (WHT) in farming systems affected by drought or water scarcity. A major assumption of the paper is that the earth is æ water does not preclude water shortages, particularly in situations where water management principles, procedures and tools are in deficit. The analysis is based on data collected from the Mandara Mountains Regions of Northern Cameroon (Africa) in 1998 using a combination of research methods: personal interviews, field observations, and document analysis. To ensure the validity and reliability of the data, the “Positional Power” technique was used to identify key respondents. The specific objectives of the study were to: a) ascertain the economic potential of Water Harvesting Technologies in the region, with a view to their promotion; b) enhance a better understanding of the potential and scope of WHT for their replication in other regions; and c) increase knowledge on WHT so as to improve the methods required for their adoption and diffusion. The findings indicate that six WHTs are used in the area: Flood diversion, mini dams, watering ponds, micro/sand dams, rooftop, and rock-bed water harvesting. Of all these methods, only the flood diversion or guimelther is an indigenous technology. Based on an adoption matrix of the technologies, it is revealed that the adoption of a particular WHT will be influenced by: the complexity of the technology, the source of innovation, availability of raw materials, and the costs and management of the technology. Livestock farmers who are wealthier than crop producers have a greater tendency to adopt the more complex and expensive technologies while crop farmers tend to adopt the much simpler and less expensive technologies.
Résumé
Cet article présente l'évaluation de la potentialité d'adoption des technologies d'approvisionnement et de collecte de l'eau au sein des systèmes d'exploitations agricoles rurales affectées par la sécheresse ou dans des régions arides. L'idée de départ est que les quantités d'eau amplement disponibles sur la Terre n'excluent pas nécessairement les probabilités de sa pénurie, surtout quand les principes, les procédures et les outils de sa gestion sont déficitaires. Cette étude est basée sur l'analyse de données recueillies dans des régions montagneuses de Mandara, au nord du Cameroun en 1998. La compilation de ces données a été réalisée à travers une série de méthodes de recherche dont: les entrevues personnelles, les observations de terrain et la consultations des documents. Pour s'assurer de la validité et la fiabilité des données, on a adopté la technique “de puissance de position” afin d'identifier les principaux informateurs. Les objectifs spécifiques de l'étude étaient (a) l'établissement du potentiel économique des technologies de collecte de l'eau au sein de la région, en vue de leur promotion; (b) l'amélioration d'une meilleure compréhension du potentiel et de la portée de ces technologies de collecte de l'eau afin de les étendre sur d'autres régions; et (c) l'approfondissement des technologies de collecte de l'eau afin d'améliorer les méthodes requises pour leur adoption et leur diffusion. Les résultats obtenus indiquent que six technologies de collecte d'eau sont utilisées dans la région. Il s'agit de la déviation des eaux d'inondations, les mini- barrages, les étangs d'irrigation, des micro barrages au moyen des bancs de sable, la collecte des eaux de pluies des toitures, et la capture des eaux des infiltrations rocheuses. De toutes ces méthodes, seule la déviation des eaux d'inondations est une technologie innovée localement. Sur base d'une une matrice d'adoption de différentes technologies, il a été clair que l'adoption d'une technologie particulière sera influencée par la complexité de la technologie, la source d'innovation, la disponibilité des matières premières de même que les coûts de la technologie et les frais inhérents à sa gestion. Les éleveurs de bétail qui sont généralement plus riches que les producteurs agricoles ont plus tendance à adopter des technologies plus complexes et plus chères, tandis que les agriculteurs tendent à adopter des technologies beaucoup plus simples et moins coûteuses.
Mots-clés: potentialité, adoption et diffusion des technologies, approvisionnement en eau, systèmes d'exploitations agricoles rurales, la sécheresse, dans des régions arides, innovation des technologies inondations agriculteurs. éleveurs

(Discovery and Innovation: 2002 14 (3-4): 202-214)
Published
2004-02-17
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1015-079X